• Normales ou Normes saisonnières ?

    Le climat peut être défini comme l'intégration de toutes les situations atmosphériques qui peuvent déterminer les conditions météorologiques d'une région. Cela donne un échantillon relativement large des valeurs correspondant aux différents paramètres climatologiques.
    Ainsi, la moyenne des paramètres peut caractériser le climat, mais c'est insuffisant. Il faut aussi tenir compte de la variabilité de ces paramètres autour de la moyenne. Ainsi si j'ai une moyenne de 10°C et que les écarts les plus importants avec les extrêmes sont de l'ordre de 2°C, il va sans dire que ce n'est vraiment pas la même chose si ces écarts sont de l'ordre de 10°C.
    Si l'on considère la température maximale journalière du premier jour du mois de janvier, la moyenne de ce paramètre est de 5,2°C. Mais les extrêmes s'étendent sur une large fourchette. Entre 1921 et 2005, la valeur la plus basse a été de -10,1°C (en 1997) et le plus chaud que l'on ait eu a été de 13,1°C (en 1921). Si l'on mesure 3°C ou -7°C, une chose est certaine, dans les deux cas on est en dessous de la moyenne, valeur que l'on peut qualifier de normale saisonnière. Il est certain aussi que -7°C est moins " normal " que +3°C ; mais dans quelle mesure ?
    La statistique va nous aider à répondre à cette question. Dans le cas d'une distribution normale, ce qui est le cas des longues séries climatologiques des températures, on peut considérer que 67% des valeurs entourant la normale font partie de la norme saisonnière. On considèrera qu'une température qui entre dans ce groupe de valeurs sera considérée comme normale. Statistiquement, les deux bornes se calculent à partir de la moyenne et de l'écart type. L'écart type représente la variabilité autour de la moyenne. La borne inférieure est obtenue en retranchant l'écart type de la moyenne, et la borne supérieure en ajoutant cet écart type à la moyenne.
    Dans l'exemple du premier janvier, on a comme moyenne 5,2°C et comme écart type 4,5°C. On obtient comme borne inférieure 0,7°C et comme borne supérieure 9,7°C. Dès lors 3°C sera considéré comme une valeur normale, -7°C ne l'est pas. Avec -7°C, on sera même nettement en dehors des normes saisonnières.
    Mais avoir une valeur en dehors des normes saisonnières ne signifie pas que ce n'est pas " normal " d'avoir une telle mesure. Cela veut simplement dire qu'une telle valeur est beaucoup plus rare que 3°C sans plus. Dans le futur, on pourra même connaître une valeur plus basse que -10,1°C ou plus élevée que 13,1°C un premier janvier. C'est peu probable mais pas improbable. C'est dans cet esprit que je dis souvent qu'un événement particulier et relativement rare est " normal " en ce sens qu'il n'est pas improbable en Belgique.
    Quand on va caractériser une température maximale ou n'importe quel autre paramètre climatologique, on ne se contentera pas de dire qu'on est en dessous ou au-dessus de la normale saisonnière mais on précisera si elle est dans la norme saisonnière ou non.

  • Retour de l’hiver ?

    Depuis dimanche, nous avons retrouvé des conditions hivernales alors que nous avons connu des conditions climatiques très agréables durant les premiers jours de mars et même quasiment tout l'hiver.
    Le printemps météorologique, qui a commencé le premier mars, est la saison de transition entre l’hiver et l’été. Cela ne se passe pas d’un seul coup mais plutôt par soubresauts. Au cours d’une saison de transition, on ne passe pas de conditions hivernales d’un jour à l’autre. Le début du printemps est plutôt frais, la fin peut connaître des périodes très chaudes. Mais rien n’empêche de connaître déjà des températures de 20°C au cours du mois de mars alors qu’en mai, le gel peut encore être de mise.
    Pourquoi connaît-on un retour du froid ? Notre temps est principalement déterminé par le passage de dépressions qui viennent de l’océan Atlantique et qui évoluent vers les plaines de l’Europe de l’Est. À l’avant de cette zone on se situe dans une masse d’air froide. Lors du passage du front chaud, le temps est à la pluie. Derrière ce front, on a une masse d’air chaude, voire très chaude si elle vient des régions tropicales. Finalement lorsque la dépression se trouve à l’est de nos régions, le front froid traverse notre pays et on se retrouve dans des masses d’air d’origine polaire. C’est ce que nous avons connu ce week-end, avec un blocage de la zone de basse pression sur la Scandinavie ou le nord de l’Allemagne. Cette situation a maintenu sur nos provinces des courants polaires directs. Les averses qui y sont incluses ont un caractère hivernal : pluie et neige, neige, neige roulée en grain, grésil voire même de la grêle. Ce sont les giboulées de mars.
    Plus rare est l’installation d’un anticyclone qui envoie sur nos régions des courants continentaux qui peuvent être très froids avec des températures nocturnes qui peuvent encore descendre sous la barre de –5°C (-6,2°C le 22 mars 1958 à Uccle) alors qu’à la fin du mois de mars les maxima peuvent encore flirter avec zéro degré (0,8°C le 29 mars 1952 à Uccle).
    Ce n’est pas parce qu’on a eu un hiver doux que le printemps est doux ou chaud. Les conditions météorologiques d’une saison ne déterminent pas un type particulier de temps au cours de la saison suivante. Tout est possible dans la nature ! Et personnellement c’est sans surprise que j’enregistre le temps qui sévit en ce moment sur notre pays.

  • Quand les tempêtes passent !

    C'est entre octobre et mars que le risque de rencontrer des tempêtes est le plus grand. Celles qui ont sévi dans nos contrées entre le 25 janvier et le 1er mars 1990 sont encore dans la mémoire de la plupart d'entre nous. Les dégâts qui y ont été associées ont été considérables. On a déploré le décès d'une dizaine de personnes de notre pays. La forêt ardennaise a payé un lourd tribut avec un très grand nombre d'arbres abattus. Des moyens impressionnant ont du être mis en œuvre pour limiter les pertes financières du fait que les chablis risquaient de pourrir et d'être attaqués par les insectes et les champignons diminuant ainsi très fortement la qualité du bois. Pour les pays de l'Europe occidentale, on estime à 240 morts et plus de 10 milliards de dollars le coût des dégâts causés par cette série impressionnante de tempêtes.
    En 1987, un ancien cyclone s'est transformé en tempête sur les côtes de France et d'Angleterre. Cette tempête a causé une polémique en Grande Bretagne du fait qu'elle n'avait pas été correctement prévue. Météo France avait prévu qu'une tempête sévirait dans le nord du pays. La surprise a été l'extrême violence des vents en Bretagne. Ils ont dépassé les 150 km/h dans cette région et avait presque atteint cette vitesse dans la région parisienne.
    Bien que plus rares, les tempêtes peuvent également se produire en été. Ainsi, en 1979, la course Fasnet qui se déroulent tous les deux ans entre Cowes et Plymouth a été très fortement perturbée par une tempête de force 12 sur l'échelle de Beaufort. Des vagues de 10 à 15 m ont provoqué le naufrage de 23 voiliers participant à cette course. En juillet 1993, c'est la TransManche en double qui a été perturbées par des vents violents engendrant des creux de plus de 7 mètres.
    Les vents violents causent beaucoup de dégâts. Ce sont les toitures et les arbres qui sont le plus souvent touchés. Les tuiles arrachées et les cheminées écroulées sont le lot commun des tempêtes. Les arbres déracinés sont également à l'origine de dégâts matériels mais elles sont également les causes de décès de personnes. Mais c'est en mer que l'on observe le plus grand nombre de victimes. Heureusement, l'amélioration des prévisions a très nettement diminué les risques dans ce secteur.

  • El Niño 2006-2007: un événement contrarié

    Communiqué de presse IRD - 6 mars 2003


    A la suite de signaux observés à partir d'avril 2006 par des chercheurs de l'Institut de recherche pour le développement lors de campagnes in situ dans le pacifique ouest équatorial et au large des côtes péruviennes, on attendait d'El Niño 2006-2007 un réchauffement très important de la surface de l'océan Pacifique tropical. Cet événement, au final, ne s'est pas produit à cause de conditions océaniques et atmosphériques, qui sont, pour l'instant, difficile à prévoir.

    Le phénomène ENSO (El Niño Southern Oscillation) correspond à la variabilité climatique la plus forte de la planète à l'échelle inter annuelle. Il se caractérise, schématiquement, par une alternance entre une phase anormalement chaude (El Niño) et une phase anormalement froide (La Niña) des températures de surface dans l'océan Pacifique tropical. La période de récurrence d'El Niño est variable et se situe en moyenne entre 3 à 7 ans. Lors d'un événement El Niño, les eaux très chaudes (supérieures à 28°C) de la couche de surface du Pacifique Equatorial Ouest se déplacent vers le centre du bassin, la pression atmosphérique à la surface de la mer augmente à l'Ouest et diminue à l'Est, les vents alizés diminuent et parfois se renversent. L'inverse se produit lors d'un événement La Niña. Il est maintenant bien établi que les modifications ENSO du Pacifique tropical affectent l'ensemble de la planète, à des degrés divers, avec, en particulier, de forts impacts environnementaux et socio-économiques dans les pays de la ceinture tropicale.

    Des avancées considérables ont été réalisées au cours des 20 dernières années dans l'observation et la compréhension du phénomène ENSO, grâce à une collaboration internationale quasi exemplaire au sein de laquelle les équipes de l'IRD ont joué un rôle essentiel. Ces chercheurs de l'ORSTOM, puis de l'IRD, étudient ENSO depuis plus de 40 ans dans les régions occidentales et centrales du Pacifique équatorial, en participant aux réseaux d'observations in situ et spatiaux et à la modélisation du phénomène. Des progrès doivent cependant encore être réalisés dans la prévision d'El Niño. Le démarrage, la croissance rapide, l'amplitude exceptionnelle et le déclin rapide de l'événement El Niño de 1997-1998, considéré comme le plus fort du siècle dernier, n'ont pas été correctement prévus par les modèles statistiques ou dynamiques. Il en est de même pour le démarrage de l'événement El Niño actuellement en cours.

    C'est en avril 2006, faisant suite à des températures de surface plus froides que la moyenne qui perduraient depuis presque 6 mois, que les premières anomalies chaudes ont été mesurées dans la partie centre - ouest du Pacifique équatorial. L'apparition de ces anomalies faisait suite à un coup de vent d'ouest, phénomène atmosphérique synoptique dont la prévision est à l'heure actuelle impossible dans la région. Ces anomalies de températures élevées ont progressivement envahi l'ensemble du bassin équatorial, caractérisant un nouvel événement El Niño.
    En octobre 2006, dans la crainte d'avoir à faire face à des conséquences climatiques et sociaux-économiques aussi dévastatrices qu'en 1998, l'Instituto de Mar del Perú à Lima organisait, en collaboration avec l'IRD, un suivi hebdomadaire des conditions générales dans le Pacifique. La succession des ondes de Kelvin associée aux coups de vent d'ouest ne permirent pas aux anomalies de températures de surface de l'océan de dépasser 1.5°C dans l'est du bassin (comparé à 7°C pour l'événement de 1997-98).
    Depuis lors, les observations in situ et satellitaires semblent indiquer une diminution progressive de ces anomalies qui auraient donc atteint leur apogée en décembre 2006. Depuis la fin 2006 et le début de l'année 2007, la majorité des modèles de prévision d'ENSO indique également une décroissance de l'événement El Niño actuel au cours des prochains mois et un retour probable vers des conditions neutres vers mai - juin 2007.

    Il ne s'agit donc pas d'un événement exceptionnel, sauf, peut être, en ce qui concerne sa signature dans le Pacifique équatorial centre - ouest. Dans cette région, en effet, la température de surface a dépassé 29°C pendant toute la deuxième moitié de l'année 2006, fait relativement rare.

    Le réchauffement de 2006 est le 3ème d'une série de 3 événements de faible amplitude séparés d'une période de 2 ans (2002, 2004 et 2006). Cette succession inhabituelle d'événements pourrait traduire des changements des conditions moyennes dans le Pacifique tropical, résultat d'une évolution naturelle aux échelles de temps décennales ou alors induites par le réchauffement climatique.

  • Les tempêtes dans le passé !

    Dans le passé, l'Europe occidentale en général et la Belgique en particulier ont connu de grandes tempêtes. Il n'était pas possible à l'époque de relater en direct ces événements qui ont causé des ravages parfois bien plus graves qu'à notre époque. Les grands échanges internationaux et une certaine solidarité entre régions ou pays n'existaient pas encore. Si une région voyait ses récoltes détruites, c'est la famine qui régnait alors.
    Dans un document du Zwin, J-D Chastelain relate qu'une tempête au Vème siècle a détruit le front de dunes entre Blankenberge et Cadzand (Pays-Bas). La mer a inondé tout l'arrière pays, épargnant une seule cité : Bruges.
    Dans P. Alexandre, on retrouve également les traces de tempêtes ayant ravagé nos régions. Citons par exemple une tempête ayant sévit le 3 mai 1215 détruisant les récoltes, récit que l'on retrouve dans une source narrative de Liège. Des périodes venteuses sont également citées entre autres pour les années 1085, 1144, 1240, 1314, … pour d'autres régions de l'Europe occidentale.
    Dans le document du Zwin, J-D Chastelain raconte également que le 14 décembre 1367 un "ouragan" provoqua la destruction de nombreux bâtiments et déracina beaucoup d'arbres. En novembre 1377, une nouvelle tempête, soulevant la mer, provoqua la rupture du cordon de dunes submergeant dix-sept villages.
    Faut-il encore rappeler l'exemple historique de tempête? En effet dans tous les manuels d'histoire, on raconte la déroute de l'invincible Armada qui, avant d'être mise en déroute par les Anglais, a subit de lourdes pertes suite à une violente tempête.
    Ces exemples du passé nous rappellent que les tempêtes, et les événements extrêmes en général, ne sont pas des événements spécifiques à notre époque. Que tous ceux qui s'étonnent de la violence de certains événements actuels se penchent sur notre passé. Et même si les archives ne sont que partielles, on retrouve suffisamment la trace de catastrophes dans le passé pour ne pas croire que ce que nous vivons à l'heure actuelle ne s'est jamais produit!
    medium_14.jpg
    Photo EPA