• Bonne année 2008

    A tous et à toutes, je vous souhaite une très bonne année 2008.

    Chacun a sa propre idée du beau temps. Mais je souhaite que, pour tout le monde, le temps de l'année 2008 soit le plus beau.

     Je vous souhaite également qu"elle vous apporte le meilleur.

    Marc Vandiepenbeeck

     

     

  • Après 2006, un nouveau record de température en 2007 ?

    La température moyenne de l’année 2007 va sans doute atteindre à Uccle un nouveau record, après celui observé en 2006.

    En tenant compte des prévisions de température déjà disponibles pour les derniers jours de l’année, on peut estimer que la température du mois de décembre atteindra une valeur supérieure à sa valeur normale et que la température moyenne de l’année 2007 se situera probablement entre 11,4°C et 11,6°C (tout dépendra de la valeur finale de décembre : si la température moyenne de décembre est inférieure à 2,2°C, le record ne sera pas battu ; ce 20 décembre, la probabilité de noter une moyenne inférieure à cette valeur augmente de jour en jour). Une telle valeur constituera un nouveau record, battant le précédent record qui datait de 2006, lorsqu’une température moyenne de 11,35°C avait été atteinte.

    Cette année, jusqu’en juin, les températures mensuelles furent toutes très élevées, poursuivant la période chaude qui était observée depuis juillet 2006. À Uccle, depuis cette date, on a noté des records mensuels de température en juillet et septembre 2006, ainsi qu’en janvier et avril 2007. Situation très exceptionnelle, l’automne 2006, l’hiver 2007 et le printemps 2007 furent trois saisons consécutives où les records de température furent battus. Rappelons que le début des observations régulières de la température à Bruxelles-Uccle remonte à 1833. La température moyenne des 12 mois consécutifs couvrant la période de juillet 2006 à juin 2007 s’élève à 12 ,9°C. Cette valeur est tout à fait remarquable car elle dépasse de 1,4°C le précédent record sur 12 mois entre juillet et juin qui datait de 1990. La seconde partie de l’année fut par contre beaucoup plus normale du point de vue thermométrique.

                Signalons un autre événement climatologique remarquable qui s’est produit en 2007 : au cœur du printemps, notre pays a connu une période exceptionnellement longue sans précipitations. À Uccle, on n’observa pas de pluie du 31 mars au 5 mai, soit durant une période de 36 jours consécutifs. C’est un nouveau record depuis le début des relevés pluviométriques réguliers à Bruxelles-Uccle en 1833. Depuis cette date, le mois d’avril 2007 fut aussi le premier mois au cours duquel aucune quantité de précipitations ne fut relevée en cette station.

    Dans le passé, signalons quelques longues périodes sans pluie qui s’étaient déjà produites à Bruxelles-Uccle :

    §     en 1887 : pas de pluie entre le 4 juin et le 8 juillet, soit durant 35 jours,

    §     en 1834 : pas de pluie entre le 11 septembre et le 10 octobre, soit durant 30 jours,

    §     en 1959, pas de pluie entre le 22 août et le 20 septembre, soit également durant 30 jours. Un bilan climatologique annuel 2007 plus détaillé sera publié par l’IRM au début de l’année prochaine.
    b1760c874fa3c298a466f70e737edc18.jpg

    Température : Moyennes mensuelles de la température de l'air à Uccle (Belgique) (°C) Normales et extrêmes absolus depuis 1833.

    La ligne rouge donne les valeurs mensuelles normales. Les barres bleues indiquent le domaine de variabilité des données mensuelles observées entre 1833 et aujourd’hui (les années indiquées sont les années où on a observé les températures les plus élevées ou les plus basses). La ligne jaune représente les valeurs observées en novembre et décembre 2006 et la ligne verte, les valeurs observées en 2007.
  • Quelques inondations remarquables (5)

    La Meuse en 1993 et 1995

    La Meuse connaît également de fréquentes inondations. Les crues les plus graves ont eu lieu en décembre 1993 et janvier 1995. Dans les deux cas on a recueilli près de 400 mm de précipitations à la station de Libramont. Différentes dépressions qui ont circulé d’ouest en est sur notre pays, amenant en une quinzaine de jours des quantités d’eau importantes et le court intervalle de temps entre chaque zone de pluie ne permettait pas à cette eau de s’évacuer. Lors du passage de la dépression de Noël en 1993 et de la dernière décade janvier en 1995, les sols et les rivières étaient saturés en eau et les inondations étaient dès lors inévitables.

     f6fc0268ef972cd233c66a728f8e7ac5.png

     La Meuse à Dinant deux jours après le maximum de la crue de janvier 1995

  • La décennie 1998-2007 sera la plus chaude depuis 1850

    La décennie 1998-2007 sera la plus chaude depuis que l’on possède une série des températures globales de la Terre, série qui débute en 1850, selon des sources de données obtenues par l'Organisation météorologique mondiale (OMM). La température moyenne globale de surface pour 2007 est actuellement estimée à 0.41°C au-dessus de la moyenne sur  la période 1961-1990 qui est de 14.00°C.

    Les autres événements climatiques mondiaux remarquables enregistrés jusqu'ici en 2007 comprennent le record de faible étendue des glaces de l'océan Arctique, qui a conduit à l'ouverture pour la première fois le passage du Nord-Ouest canadien, le trou d’Ozone relativement faible, le développement de la Niña dans le centre et l'est du Pacifique équatorial et le fait que de nombreux endroits de notre planète ont été dévastés par des inondations, la sécheresse et des tempêtes.

    Ces premières informations pour 2007 sont basées sur les données climatiques relevés jusqu'à la fin du mois de novembre et issues des réseaux au sol de stations météorologiques, les navires et les bouées, ainsi que les satellites. Les données sont recueillies et diffusées en continu par les Services météorologiques et hydrologiques nationaux de l'OMM de 188 pays et de plusieurs établissements de recherche. Les mises à jour et les chiffres définitifs pour 2007 seront publiés en mars 2008 dans le dépliant annuel de l'OMM pour la Déclaration sur le statut du climat mondial.

    Les analyses de la température mondiale fournie par l'OMM sont fondées sur deux sources différentes. La première est la combinaison de données obtenues par le Hadley Centre de l'Office météorologique britannique conjointement avec l’Unité de Recherche Climatique de l'Université d'East Anglia, au Royaume-Uni, qui, à ce stade, a classé 2007 comme la septième plus chaude jamais enregistrées. Les autres données proviennent de la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) qui a indiqué que 2007 est susceptible d'être la cinquième année la plus chaude jamais enregistrée.

    Depuis le début du 20e siècle, la température moyenne globale de surface a augmenté de 0,74 ° C. Mais cette augmentation n'a pas été continue. La tendance au réchauffement linéaire observé au cours des 50 dernières années (0,13 ° C par décennie) est presque deux fois plus élevé qu’au cours des 100 dernières années.

    Selon le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat repris dans leur 4ème synthèse publiée en 2007, "le réchauffement du climat est sans équivoque, puisqu’il est fondé d'après les observations de l'augmentation moyenne globale des températures atmosphériques et océaniques, de la fonte généralisée de la neige et de glace et de l'augmentation moyenne mondiale du niveau de la mer ".

    Les  températures mondiales de 2007 ont été pondérées séparément pour les deux hémisphères. La température moyenne de l'hémisphère Nord est susceptible d'être le deuxième la plus élevée avec une valeur de 0,63°C au-dessus de la moyenne sur 30 ans (1961-90) qui est de 14,6°C. Celle de l'hémisphère Sud est de 0,20°C supérieure à la moyenne trentenaire de 13,4°C, ce qui en fait la neuvième plus chaude jamais enregistrée depuis 1850.

  • Les prévisions de Piers Corbyn pour cette deuxième décade

    Les prévisions de weatheraction nous annonce pour la période du 11 au 13 un temps « devenant sec, chaud et un temps ensoleillé ». Si le temps est effectivement devenu plus sec, les prévisions nous donnent un temps relativement nuageux avec des éclaircies mais de plus en plus frais.

    Du 13 au 16, Piers Corbyn nous annonce un temps « très pluvieux et venteux ». Les prévisions à longue échéance de Reading nous annoncent un temps de plus en plus froid avec des gelées nocturnes de plus en plus prononcées et même du gel diurne sur les hauts plateaux des Fagnes et de rares passages nuageux.

    Cette situation sera due à l’installation d’un puissant anticyclone sur un axe qui va de la Bretagne à la Finlande et une dépression très loin au centre de l’Atlantique. Cela semble loin de la situation décrite par le prévisionniste solaire qui annonce des passages de dépressions depuis le nord de l’Écosse vers la Scandinavie.

    La suite est du même genre : un temps d’averses, nuageux et doux. Le contraire semble se préparer avec le renforcement de l’anticyclone (1040 hPa sur notre pays) et un temps déterminé par des courants continentaux froids. Manifestement, nous allons nous diriger vers une météo contraire de ce que Piers Corbyn nous a annoncé.

    Cela démontre bien qu’être trop précis dans des prévisions à long terme est encore très hasardeux.