• La Belgique sans nuage, oui cela arrive

    Ciel dégagé sur l’Europe de l’Ouest

    6a719217eaa5f865d5a480a2b987c11f.jpg

    Source NASA

    Il est rare que les conditions météorologiques montrent une image satellite qui permette de voir une grande partie de l’Europe occidentale sans nuage Cette image a été prise par le MODIS (Moderate Resolution Imaging Spectroradiometer ) embarqué sur le satellite Aqua le 30 août 2008. Le ciel était clair des Pays-Bas jusqu’au nord de l’Italie, laissant apparaître plusieurs caractéristiques naturelles et anthropiques remarquables de l’Europe. Quelques petits incendies (marqués par des points rouges) ont été également détectés notamment en Allemagne.

    Couverts de forêts, en vert foncé sur l’image, on peut remarquer les massifs des Vosges et de la Forêt Noire qui se situent de part et d’autre du Rhin qui forme la frontière entre la France et l’Allemagne. La vallée dans cette région est connue par les géologues comme le Graben du Rhin. Un graben est de forme allongée et est un effondrement de la coûte terrestre alors que les deux parties latérales s’élèvent. Au sud, l’arc des Alpes à la frontière entre la Suisse et l’Italie est marqué par les neiges éternelles qui se situent sur les plus hauts sommets.

    Vers le bas à droite de l’image, l’un des plus grands lacs d’Europe, le lac de Genève (officiellement connue sous le nom de Lac Léman), remplit vallée glaciaire sculptée lors de la dernière glaciation dans la de la Suisse occidentale. Ce lac naturel est rempli par le Rhône, en amont de l’endroit où il fait un brusque virage vers le sud à la sortie des Alpes. À l’extrémité nord de l’image on remarque un lac artificiel: l’IJsselmeer au nord des Pays-Bas. C’est un lac d’eau douce, qui était à l’origine une entrée d’eau salée à l’embouchure de la rivière IJssel, mais au début des années 1930, les Pays-Bas ont construit une digue qui a fermé sa relation avec la Mer du Nord. L’eau douce de la rivière IJssel a progressivement remplacé l’eau de mer, formant le nouveau lac.

     

  • Fraîcheur nocturne

    Oui la saison avance. Ce 19 septembre nous sommes aux portes de l’automne astronomique (le 22 à 17 h 44) et du point de vue météorologique, nous y sommes depuis le 1er. Cela veut dire que l’été est derrière nous comme dirait Lapalisse. Même si des conditions estivales sont encore possibles dans les semaines à venir, les conditions météo changent (progressivement ou parfois de manière abrupte) vers des conditions plus fraîches.

    Nous sommes proches de l’équinoxe et à partir de lundi, les nuits seront plus longues que les journées. Le refroidissement nocturne devient de plus en plus sensible et la fraîcheur matinale exige que l’on ressorte une petite laine. Et quand les conditions atmosphériques sont favorables  la fraîcheur matinale peut être très importante et amener la température à descendre sous la barre du zéro degré. C’est le cas pour le moment, notre pays est sous l’influence de courants continentaux.  On peut, sous ces conditions atmosphériques, à cette époque connaître deux types de temps. Le plus souvent, il serait très chaud avec les températures diurnes qui montent au- dessus des 25°C avec localement comme en Campine des 30°C comme ce fut le cas le 12 septembre 2006.

    Mais ces courants continentaux peuvent parfois plonger leurs racines dans les régions septentrionales (Laponie ou Sibérie occidentale) où les températures sont déjà relativement basses. À cela s’ajoute un refroidissement suite au ciel nocturne bien dégagé. De ce fait les températures peuvent descendre déjà très bas ce qui contraste avec les températures estivales qui commencent à s’éloigner dans le temps. Il ne faut pas remonter bien loin dans le passé puisque le thermomètre était déjà descendu à 0,2°C le 5 septembre de l’année précédente à Gouvy.

    Mais le plus souvent on est marqué par le temps qu’il fait et on a oublié les mêmes conditions climatiques que l’on a connues précédemment (deux jours de gel à Gouvy les 19 et 20 septembre 2005).

    De mêmes conditions de temps peuvent paraître printanières en hiver et hivernales en automne. Car on ne ressent pas une même température de la même manière après le froid de l’hiver ou la douceur de l’été.

  • Images remarquables

     

    La Terre vue de l'espace : trainées de condensation

     86bb774d29977072cf378dfca274e06c.jpg

     

     source ESA

    Le satellite Envisat a pris cette image d'un groupe de trainées de condensation produites par des avions passant sur le sud de l'Italie, sur la mer Adriatique et sur une partie de la Croatie.

    L'émission des gaz d'échappement des avions à réaction contiennent de grandes quantités de vapeur d'eau qui se mélange avec l'atmosphère. Dans certaines conditions atmosphériques, l'atmosphère a une plus faible pression de vapeur d'eau que celle des gaz d'échappement qui a une température élevée lors de son éjection. En se refroidissant, la vapeur d'eau se sublime pour former des cristaux de glace.

    Ces cristaux de glace agissent comme des noyaux de condensation autour desquels de la vapeur d'eau dans l'air ambiant se condense. Le résultat est la formation d'un nuage de forme allongée comme une piste dans le ciel.

    Ils peuvent parfois persister et former des nuages cirrus artificiels, qui peuvent durer pendant des jours ou des semaines. Dans ce cas, cela pourrait avoir un impact sur le temps en piégeant la chaleur de la terre dans notre atmosphère d'une manière similaire à l'effet de serre.

    MERIS (Envisat's Medium Resolution Imaging Spectrometer) est l'instrument qui a acquis cette image le 1erSeptembre 2008 en travaillant en mode pleine résolution de fournir une résolution spatiale de 300 mètres.

     

  • Images remarquables

    L’ Empty Quarter

    50c7e1453527c5476f89187442dfd320.jpg


    Dans le “Empty Quarter” (littéralement « Le Quartier Vide » de la péninsule arabique connu sous le nom de Rub 'al Khali, est la plus grande mer de sable, grande comme la moitié  du désert du Sahara. Le « Empty Quarter » couvre 583 000 kilomètres carrés et s'étend à cheval sur l'Arabie saoudite, le Yémen, Oman et les Émirats arabes unis. Le « Enhanced Thematic Mapper » sur le satellite Landsat 7 de la NASA a capturé cette image de cette région le 26 août 2001.

    a71415f36527ff40fa9a722bacc4f196.jpgCette zone se situe dans le sud de l'Arabie saoudite, à mi-chemin entre les Émirats arabes unis au nord et Oman au sud. L’alternance des bandes parallèles de couleur saumon rose et blanc montrent un mouvement d’ondulation. Les espaces séparés par des dunes (en rose saumon) sont des étendues de sel blanc, connues sous le nom de sebkhas ou sabkhas, Ces plaines incrustées de sel sont variables en dureté : à certains endroits, la surface est assez forte pour qu’on puisse y rouler avec un véhicule alors que dans d'autres zones, on peut complètement s’y enliser. Sous l’action du vent, les dunes se déplacent sur ces surfaces de sel. C’est dans cette région que des scènes du film Lawrence d’Arabie ont été tournées.

  • SAPHIR vs SAFIR

    SAPHIR et SAFIR sont deux acronymes ayant la même consonance mais n’ont pas la même signification. SAPHYR est un « Système d’Alerte de Prévention du Hainaut des Inondations par les Ruisseaux ».  Tandis que SAFIR est pour « Surveillance et Alerte Foudre par Interférométrie Radioélectrique » et le centre opérationnel est situé à l’IRM.

    Le but de SAPHIR est de prévenir par SMS les riverains de cours d’eau de risque d’inondations. Derrière cet acronyme se cache un modèle qui tient compte de différents paramètres afin de prévenir les habitants à proximité de rivières qu’une inondation est possible. Ce système est encore à l’état expérimental dans quatre communes de la province du Hainaut.

    SAFIR est un système de détection des orages. La foudre est une décharge électrique qui produit, outre de la lumière (l’éclair) et du son (le tonnerre), un rayonnement électromagnétique. C’est cette propriété qui va être utilisée pour détecter la présence d’orages. Le système se compose, en Belgique, de 4 antennes situées à Oelegem près d’Anvers, sur le barrage de la Gileppe, à Dourbes et près d’Anvaing et d’un centre de traitement des informations à l’IRM à Uccle. Un programme va déterminer la position de la foudre et différencier des éclairs entre nuages ou dans un nuage et des impacts positifs ou négatifs au sol. Le système travaille en temps réel et peut fournir une image de la situation orageuse toutes les 5 minutes.

    Un service d’avertissement des orages par SMS a été développé à l’IRM à partir des informations fournies par SAFIR. Lorsque des coups de foudre sont détectés dans un rayon de 9 à 15 km, un message SMS de pré alerte est envoyé à l’abonné. Quand l’orage se trouve dans la zone qui vous concerne, une alerte est envoyée par SMS et enfin quand l’orage s’éloigne de la zone, un troisième avertissement est envoyé pour signifier la fin d’alerte.

    Lors des orages dans la nuit du 3 au 4 août, le système SAPHIR a connu des problèmes suite à une défaillance technique entre les capteurs de niveau et le serveur situé à Havré. Le problème est venu d’une panne de modem qui ne pouvait plus envoyer les informations recueillies par les instruments vers le centre opérationnel. Notre système SAFIR, lui a rempli parfaitement sa mission au cours de ces épisodes orageux assez tumultueux.