• Floréal

    180px-Floreal2.jpgDepuis le 20 avril et jusqu’au 19 mai, c’est le mois floréal dans le calendrier républicain. Huitième mois de ce calendrier, il doit son nom à l’épanouissement des fleurs au cours de cette période. Au printemps, ce sont d’ailleurs des noms de fleurs qui qualifient les jours à quelques exceptions près. Ces exceptions correspondent aux jours multiples de 5. Ainsi : le 5 floréal (24 avril) ; c’est le rossignol ; le 10 (29 avril) c’est le râteau ; 15 (3 mai) c’est le ver à soie ; le 20 (9 mai) le sarcloir ; le 25 (14 mai) c’est le jour de la carpe et le 30 (19 mai) c’est la houlette. On constate que les multiples de 10 sont des noms d’instruments agricoles ou liés à l’agriculture comme la ruche (le 20 germinal) et les multiples de 5 qui ne sont pas multiples de 10 sont des noms d’animaux.

  • Images remarquables

     

     

     

    Éruption sous-marine dans les îles Tonga

    tonga_amo_2009077.jpg

    18 Mars 2009

    Une éruption volcanique sous-marine a eu lieu dans les Tonga, îles du Pacifique Sud, à la mi-mars 2009. Le MODIS (Moderate Resolution Imaging Spectroradiometer) de la NASA sur le satellite Aqua a capturé cette image de l'activité volcanique le 18 mars 2009.

    La zone autour de l'éruption apparaît en bleu-vert, résultat probable de cendres volcaniques et autres débris en suspension dans l'eau. La tache blanche au centre de la zone de ces sédiments est de la vapeur d'eau libérée par le volcan. Au Nord-Ouest de l'éruption, une formation en forme de serpentin brunâtre est probablement un radeau de pierre ponce flottant sur l'eau. La grande porosité de la pierre ponce permet à ces roches volcaniques de former des radeaux flottants. (En août 2006, un grand radeau de pierre ponce résultant d'une éruption semblable s'est formé au large des îles Tonga).

    Les îles Tonga se situent le long de la Ceinture de Feu, zone de grande activité sismique et volcanique qui entoure le bassin de l'océan Pacifique. Selon un bulletin de l'US Air Force Weather Agency, cette éruption a été détectée par le biais d'une observation au sol à l'aéroport de Tonga sur l'île Tongatapu le 17 mars 2009.

    Bien que l'éruption n’apparaisse pas comme spectaculaire sur cette image, les vues à la surface de l'océan ont montré de massives colonnes de cendres volcaniques et de vapeur d'eau d'une hauteur de 10 km dans le ciel, selon l'Associated Press. Le volcan ne constitue cependant pas un danger pour les habitants de l'île à proximité.

    Source NASA

    h-20-1463646-1237488059.png
    Vue de l'érution (source LePost )

  • Bilan climatologique de la première décade d'avril 2009

     

    Un début d'avril particulièrement chaud

     

     

    Du 1 au 3, notre temps est déterminé par des courants continentaux associés à une zone de haute pression située entre les Îles britanniques et la Russie.  Du 4 au 10, nous sommes sous l’influence de courants maritimes ayant parfois une origine tropicale suite à la présence d’une zone de basse pression située au voisinage de la Grande Bretagne au sud de l’Islande.

    La température moyenne est exceptionnelle. Avec 12,5°C, la température moyenne à Uccle est supérieure à la normale (8,0°C) ; cette décade est la deuxième plus chaude depuis 1901 à Uccle, le record date de 1970 avec une température moyenne de 13,7°C. Le total de l’eau recueillie est de 2,2 mm pour une normale de 17,9 mm ce déficit est normal. Avec 64,3 h de Soleil, l’insolation est excédentaire par rapport à la normale qui est de 51,3 h ; il est caractérisé de normal.

  • Le climat belge, ce méconnu !

    À plusieurs reprises, en discutant de la météo, je me rends compte que l’on a une très mauvaise idée de notre climat belge. En fait, les gens se le représentent par des clichés qui sont erronés. Et pourtant les dictons sont là pour nous rappeler la sagesse des anciens.

    Ainsi hier, je montrais les normales des températures du mois d’avril et mon interlocuteur contestait de manière véhémente la réalité de ces chiffres. Pour lui, il doit faire plus chaud en avril. Et de lui répondre qu’on est au printemps, pas en été, rien n’y fait, le printemps doit être une belle saison ! Pourtant le dicton, « En avril ne te découvre pas d’un fil, en mai fais ce qu’il te plait » nous met bien en garde contre la fraicheur qui peut caractériser ce mois, même si de temps en temps il fait beau et doux. Ce fut le cas des vacances de Pâques 1969, où à un moment donné, on pouvait se promener en courtes manches sur la digue de la côte belge et quelques jours plus tard, la température chutait fortement et les routes étaient couvertes de neige ! Le 29 mars de cette année, la température était de 20,5°C et le 3 avril au matin, la température était négative (‑0,8°C à Ostende au bout de l’estacade).

    Dans les cours de géographie, il y a une très belle définition de notre climat : le climat de la Belgique est tempéré maritime à hiver doux et à étés frais.

    Le terme « tempéré » veut principalement dire « tempéré par mélange ». En effet, les différentes masses d’air peuvent nous donner des situations parfois très contrastées. Rappelez-vous le contraste entre le mois de juillet 2006 et le mois d’août qui suivi. Le premier fut extrêmement chaud, ensoleillé et relativement sec, le second fut considéré comme froid (alors qu’il était normal du point de vue température), sombre et très pluvieux. Les hivers peuvent aussi présenter des contrastes aussi importants. Le plus froid fut celui de 1962-1963 avec une température moyenne de -2,0°C alors que le plus chaud fut celui de 2006-2007 avec une moyenne de 6,6°C.

    Le qualificatif « maritime », nous rappelle que notre climat est généralement pluvieux. En hiver, il pleut deux jours sur trois et en été un jour sur deux !

    Les médias et les vacances dans les pays chauds sont en partie responsables de cette interprétation déformée de la notion du climat normal que l’on connaît dans nos régions. À force de pointer ou de vouloir à tout prix des records, on occulte les situations plus normales. Ce qui déforme fortement notre compréhension du climat. Un autre facteur qui influence ces impressions est notre civilisation de loisir qui veut que l’on sorte les WE. Et si c’est un WE pluvieux, ce n’est pas « normal ». Et donc, malheureusement pour beaucoup, le temps désiré correspond rarement au temps qu’il fait dans notre pays et les déceptions sont souvent fréquentes …

  • Images remarquables

    Les rues de nuages et les tourbillons von Karman au- dessus de la mer du Groenland

    JanMayen_AMO_2009055.jpgLe 24 Février 2009, des vents froids du nord (peut-être des vents catabatiques du Groenland) ont rencontré de l'air humide sur la mer du Groenland, et leur rencontre a généré des dizaines de rangées parallèles de nuages, qu'on appelle communément des «rues de nuages», dans le ciel autour de l'île de Jan Mayen.

    L'île a ajouté sa propre influence à la météo, en créant un obstacle aux vents dominants. Comme l'eau qui coule autour d'un rocher dans un ruisseau, les vents divergent sur le côté nord de l'île et convergent sur le côté sud. Ces mouvements en spirale du vent derrière l’île de Jan Mayen sont connus sous le nom de tourbillons von Karman.

    En haut à gauche de l'image, un petit morceau de la côte recouverte de neige du Groenland est visible et une mosaïque de la glace de mer longe la rive. Près du littoral, les écoulements de glace sont grands et leurs formes sont irrégulières.

    Cette image a été capturée par le MODIS (Moderate Resolution Imaging Spectroradiometer) embarqué sur le satellite Aqua de la NASA à 12h40 UTC (1h40 heure locale, de Jan Mayen) le 24 février 2009.

    Source NASA