• Un phénomène nuageux rarement observé

     

    Une lectrice de « News of Tomorrow » a observé et photographié ce bien étrange nuage au-dessus de Limoges, phénomène assez similaire à celui observé le lendemain en Roumanie, lui-même semblable à celui observé en Russie le 7 octobre.

     

     

    NuageLimoges3_s.jpg

    C'est un phénomène connu sous l'expression anglaise de "a hole punch cloud".  Traduit littéralement, ce serait un nuage en trou de poinçon.

    Dans les mouvements de l'atmosphère, il peut y avoir des mouvements verticaux, aussi bien vers le haut que vers le bas. Dans ce cas-ci, c'est un mouvement vers le bas. La masse d'air descend localement en entrainant l'air humide avec lui. En descendant, l'air arrive dans une zone où la pression est plus importante et l'air subit une compression avec comme conséquence physique un réchauffement. On le qualifie d'adiabatique, car on ne chauffe pas l'air (il n’y a pas d'apport d'énergie) mais le simple fait de la compression provoque un échauffement. C'est le même effet que l’on ressent si on comprime rapidement et à plusieurs reprises de l'air dans une pompe à vélo. Dès que l'on est en-dessous de la saturation en vapeur d'eau, elle passe à l'état gazeux, en passant éventuellement par une phase liquide, et disparait. Dans certain cas, on observe un cône, dans d'autres, un trou (souvent circulaire) comme dans l'image ci-dessous.

     

    hole punch-thumb-500x339.jpg

    Dans ce cas, l'humidité est très faible et le nuage se dissipe très vite, donnant une éclaircie quasi circulaire.

    Dans le cas d’un cône, on obtient la figure suivante :

     

    2118546711_5d17b49489.jpg

    (Étrange phénomène nuageux au-dessus du sud du Mississippi - Un "Hole Punch Cloud" - Photo par le Capt Robert L. Brodie)

     

    On y voit bien le mouvement tournant de l'air descendant. Souvent ce sont des nuages de glace ; les cristaux mettent un peu de temps avant de passer de l'état solide à liquide (liquéfaction) puis gazeux (évaporation) ou de l'état solide à l'état gazeux (sublimation). Ce délai met bien le mouvement descendant en évidence par la formation d'un cône. Ce phénomène est rare et spectaculaire.

  • Une année pauvre en ouragans !

    Correctif

    Eh oui, la nature est comme cela : quand on pense que c'est fini, il y en a encore. Un nouvel ouragan s'est dévloppé le 4 novembre.

    Cette saison d’ouragans dans le bassin de l’Océan Atlantique est probablement terminée. Elle se solde par un bilan spécialement bas du nombre d’ouragans. Au total, on a dénombré 2 3 ouragans et 8 tempêtes tropicales. Ce nombre de 2 3 est le second plus bas de la série qui commence en 1931 et la première place est partagée avec 2 années : 1931 et 1982.

    Le nombre d’ouragans cumulé au nombre de tempêtes est cependant normal sur cette même période : 10 11 phénomènes pour une moyenne de 11,3. 1983 est l’année où ce nombre fut le plus bas avec 4 phénomènes (une tempête et 3 ouragans). De l’autre coté des extrêmes, on trouve en tête l’année 2005 avec un total de 26 phénomènes : 14 ouragans et 12 tempêtes.

    Si la série du nombre d’ouragans est stable sur la période de 1931 à nos jours, celle du cumul d’ouragans et de tempêtes a marqué une augmentation significative depuis 1994. La moyenne est passée de 9,7 entre 1931 et 1993 à 13,8 entre 1994 et 2009, ce qui est assez remarquable.

    Plusieurs facteurs doivent jouer dans la variabilité du nombre d’événements tropicaux : le phénomène El Niño en est un démontré. Il s’agit d’un réchauffement plus ou moins important de la partie équatoriale du bassin oriental de l’océan Pacifique. Quand El Niño apparaît, les zones de hautes et basses pressions proches de l’équateur se décalent et dès lors la formation de dépressions qui peuvent engendrer des tempêtes ou des ouragans est atténuée par la présence plus fréquente de hautes pressions sur les Antilles.

    La saison est encore active pour les bassins oriental et occidental du Pacifique. Dans les autres bassins, la saison des ouragans est terminée. Dans le Pacifique sud, on a eu 8 tempêtes tropicales et un cyclone entre janvier et avril ; dans le bassin nord de l’océan Indien, on a eu 2 tempêtes et 1 cyclone entre avril et septembre et dans le bassin sud du même océan, on a compté 9 tempêtes et 5 cyclones. Les deux zones encore actives ont dénombré respectivement 14 tempêtes et 8 cyclones pour le bassin est, et 15 tempêtes et 12 typhons pour le bassin ouest. Sauf pour le bassin nord de l’océan indien qui est particulièrement bas en nombre d’événements, les autres fréquences sont dans les normes.

    ouragan2009s.png

    ouragan&tempetes.png

     


  • Normales saisonnière : novembre

    Normales saisonnières : novembre

     

    Températures maximales

    decade

    Borne
    inférieure

    Moyenne

    Borne
    supérieure

    1

    8

    11

    14

    2

    5

    9

    12

    3

    4

    8

    11

     

    Températures minimales

    decade

    Borne
    inférieure

    Moyenne

    Borne
    supérieure

    1

    1

    5

    9

    2

    0

    3

    7

    3

    -1

    3

    6

     

    Précipitations

    decade

    Borne
    inférieure

    Moyenne

    Borne
    supérieure

    1

    8.0

    26.1

    40.6

    2

    6.3

    25.6

    42.6

    3

    6.2

    24.7

    45.1

     

    Insolation

    decade

    Borne
    inférieure

    Moyenne

    Borne
    supérieure

    1

    14.5

    25.9

    38.0

    2

    11.8

    21.2

    28.8

    3

    8.0

    18.3

    27.2