Hiver 2010

La période de froid se termine progressivement dans le pays. À ce jour, seules dans la province de Liège, les rigueurs hivernales persistent. Ce n’est pas parce que cet épisode se termine que l’hiver ne peut encore montrer le bout de son nez. Ainsi à Uccle, en mai 1986, on observait 4 jours avec des chutes de neige.

Pour les deux mois, décembre et janvier, on a observé, à Uccle, une température moyenne de 1,5°C alors que la moyenne 1833-2010 est de 2,5°C et que l’on peut considérer la valeur de cette année comme normale. C’est le couple décembre 1879 - janvier 1880 qui est le plus froid avec une température moyenne de -3,4°C soit 5°C de moins que cette année. Il est bien évident que cet hiver est en revanche à considérer comme froid par rapport au dernier saut de température observé après 1988. En effet, la température moyenne, entre 1988 et 2010, est de 3,9°C ce qui entraîne un écart plus important que les hivers doux que nous avons connus ces dernières années.

Le froid s’est installé en 3 épisodes : on a eu des températures minimales inférieures à 0°C entre le 13 et le 22 décembre, puis entre le 28 décembre et le 15 janvier et du 25 au premier février (avec un jour sans gel le 28). Un seul jour, la température est descendue en-dessous de ‑10°C : le 19 décembre.

Il n’est pas évident de comparer deux périodes de décembre à janvier. En effet, si les températures moyennes des deux périodes sont respectivement 1,8°C pour 2009 et 1,5°C pour 2010, les deux débuts d’hiver sont quand même assez différents : on a eu 4 jours de très grands froids en 2009 et un seul en 2010 ; en revanche, on a eu 5 jours d’hiver (Tx < 0°C) en 2009 et 12 pour cette année, alors que la différence entre 2009 et 2010 pour les jours de gel (Tn <0°C) est moins nette avec respectivement 30 et 35 jours de gel. Une dernière différence, au niveau des températures, est, qu’en 2009, on a eu une seule période froide alors que, cette année, on a eu 3.

Depuis la hausse de température de 1988, les doublets froids (décembre plus janvier) se sont produits en1996 (1,5°C), 1997 (0,3°C), 2009(1,8°C) et 2010 (1,5°C). Une période chaude ne veut pas dire que la variabilité climatique a disparu. On a une moyenne différente mais les températures restent variable autour de cette moyenne avec toujours des possibilités de connaître des périodes froides. De même, une période froide, ne signifie pas la fin de la période chaude que l’on a depuis 1988. Après 1997, on a eu 9 doublets plus chauds que la norme et le plus chaud fut celui de 2007 avec 6,6°C !

Le climat est évalué sur une longue période et les normales standards sont calculées sur 30 ans. On ne peut donc tirer de conclusions à partir d’un (dernier) point de la série pour en déduire la tendance vers laquelle le futur va s’orienter.

 

hiver_2010.png

 

Commentaires

  • Merci Marc, mais je suis perplexe quant à cette phrase : "C’est le couple décembre 1974 - janvier 1975 qui est le plus froid avec une température moyenne de -3,5°C soit 5°C de moins que cette année. "

    N'est-ce pas le couple décembre 62-janvier 63 qui est le plus froid ?

  • L'hiver 1962-1963 fut le plus froid sur la moyenne des 3 mois. Décembre fut froid mais pas de façon excessive : +0.5°C, le mois de janvier fut rigoureux avec -4.6°C et février fut également froid avec une moyenne de -2.0°C. On a donc une moyenne de -2.1°C pour la période considérée.
    En fait c'est le couple décembre 1879- janvier 1880 et non 1975 (qui fut le couple le plus chaud et non le plus froid). Le mois de décembre 1879 a eu comme température moyenne -5.6°C et celle de janvier 1880 a été de -1.1°C, mais février fu doux avec +4.5°C.

  • Merci pour ta réponse.

  • Pas du tout intéressant, ces moyennes et statistiques pour Uccle uniquement ! L'IRM n'est-il pas un organisme national ? Les différences de t° entre la côte, le centre (Uccle p.ex) et les Ardennes peuvent être énormes. En tant qu'habitant des Ardennes, je ne trouve dans la synthèse ci-dessus rien qui corresponde à ma réalité de l'hiver 2009-2010.

Les commentaires sont fermés.