• Les orages du 28 juin 2011

    Les orages sont des phénomènes météorologiques qui peuvent dans certains cas être très violents. En Belgique, nous comptons en moyenne 94,8 jours d’orages par an dans le pays. La période où les orages sont les plus fréquents (et souvent les plus violents) s’étend de mai à août. Selon une statistique faite à l’IRM, il y a en moyenne un tiers de ces orages qui sont accompagnés de dégâts. Ceux-ci peuvent être dus à la foudre, l’abondance des précipitations, la violence du vent et la grêle. Il n’y a pas si longtemps que cela, puisque cela date du 14 juillet 2010, des orages ont provoqué des dégâts principalement dans le Condroz où la collégiale de Ciney s’est vue privée de son célèbre clocher.

    Dans la nuit du 28 au 29 juin, le changement de masse d’air a été marqué par des orages qui ont provoqué des dégâts principalement dans le Brabant Wallon. Localement, on a perdu plus de 10°C en une heure. Les vents et les précipitations, localement de grêle, ont été particulièrement intenses. Ainsi le vent à Beauvechain a atteint au plus fort de l’orage une vitesse de 33 m/sec (119 km/h). À Zaventem et à Gosselies, les rafales les plus violentes ont atteint 28 m/sec (100 km/h). Le vent a été la cause de chutes d’arbres, de branches cassées et d’effondrement d’échafaudages principalement dans la région d’Anvers.

    Les précipitations ont été remarquables en certains endroits. A la station automatique de Sint-Katelijne-Waver, on a enregistré entre 19 et 20 h, 34,6 mm et le total des précipitations entre 19 h et 2 h le 29, a atteint 60,0 mm. Dans le réseau climatologique les observations ont lieu le matin (du 29) à 8 h et la mesure couvre les 24 h qui la précèdent. La cote la plus élevée des stations disponibles au moment où cet article est rédigé est de 84,7 mm relevée à Thisnes près d’Hannut. À Haacht, notre observateur a enregistré 64,0 mm. Des cotes de plus de 40 mm ont également été relevées à Sint-Katelijne-Waver, Sivry, Waarloos, Solre-sur-Sambre, Rance, Deurne, Sugny, Hechtel et Retie. En général, les précipitations se sont produites entre 18 h le 28 et 2 h le 29. De nombreux dégâts ont été enregistrés à Jodoigne et Wasseiges non loin de Perwez. Les pompiers ont également dû intervenir dans les régions de Charleroi et d’Eghezée.

    Un incendie s’est déclenché suite à la foudre qui s’est abattue sur la centrale électrique de Dilbeek.

     

    rr_29062011.png

  • Halos solaires

    Au cours de mes vacances, j’ai eu la possibilité d’observer un phénomène assez rare : un double halo. S’il n’est pas rare de voir un halo sous nos latitudes, il est beaucoup plus rare d’en voir deux.

    Le phénomène d’halos atmosphériques est assez complexe. Le 13 juin 2011 à Cozumel (Mexique), on pouvait voir les deux halos : celui de 22° et celui de 46°. Ce dernier était assez faible, néanmoins visible sur le cliché ci-dessous. Les halos sont dus à des réflexions – réfractions au sein de cristaux de glace ayant la forme de prisme hexagonal. Le grand halo est aussi dû à des réflexions – réfractions mais le rayon passe par une des bases du prisme et ressort par l’une des faces du prisme.

    On peut également observer deux parhélies. Ce sont des images du soleil qui se placent horizontalement de part et d’autre de celui-ci. Ces images peuvent avoir les couleurs de l’arc-en-ciel. Les parhélies sont aussi appelés « faux soleils ».

    L’arc tangent supérieur est présent mais relativement peu visible sur le cliché. Il est formé par des cristaux de glace en colonne orientés horizontalement.

    Sur le cliché, on peut également bien voir l’arc circumzénital qui est coloré comme un arc-en-ciel et est courbé dans la direction opposée au Soleil. Il se positionne au-dessus du grand halo. Il est causé par des réfractions dans des cristaux de glace plats orientés horizontalement. Il se forme quand le Soleil est relativement bas sur l’horizon. La hauteur idéale du Soleil au-dessus de l’horizon est de 15 à 25°C.

    Le phénomène de halos peut encore présenter d’autres phénomènes optiques comme les cercles parhéliques qui sont des branches qui partent du Soleil et passent par les parhélies et l’arc de Parry qui ressemble à un accent circonflexe sur l’arc tangent supérieur. On peut parfois voir une anthélie qui est une tache blanche située à l'opposé du Soleil sur le cercle parhélique.

    halo_13062011.jpg
    Photo prise le 13 juin 2011 à Cozumel, Mexique (Marc Vandiepenbeeck)