Douceur remarquable au cours cet hiver 2013-2014

La douceur de cet hiver va  placer cet hiver en deuxième position des hivers les plus chauds à Bruxelles-Uccle depuis 1833. Le plus chaud reste celui de 2007. Il va cependant battre un record : la température la plus basse au cours de ces 3 mois a été de -0,5 °C. Le  précédent record date de 1989 avec un minimum hivernal absolu de -1,6°C. Le nombre de jour de gel (température minimale strictement inférieure à 0 °C) est également la valeur la plus basse depuis 1901 avec 3 jours dans la série reconstruite à partir de 1901. Le précédent record date de 1989 avec 11 jours.

Un autre fait remarquable est la température moyenne sur cette période qui s’élève cet hiver à 6,3°C (norm. : 3,6°C). On a eu respectivement pour décembre, janvier et février (jusqu’au 23 du mois) 6,1°C, 6,1 °C et 6,7°C. En ajoutant la valeur de 6,4 °C en novembre, on a eu une remarquable constance des températures

Cette douceur s’explique par la présence d’une vaste zone de basse pression située sur le bassin nord de l’océan Atlantique. De par cette situation, les masses d’air qui étaient associées à cette dépression et qui étaient dirigées vers notre pays venaient le plus souvent du secteur SSW. Cette origine méridionale explique la douceur persistante sur nos régions. Cette proximité des zones de basse pression fait que l’on a une pression moyenne à Uccle exceptionnelle avec 1009,8 hPa, elle se situe en dixième position parmi les plus basses pressions, la plus basse a été celle de 1936 avec 1005,3 hPa.

Sur la même période, les précipitations ont été normales et la fréquence des pluies a été normalement élevée. À Uccle, on a enregistré 213,4 mm en 60 jours pour des normales respectivement de 220,2 mm en 54,8 jours. La douceur est aussi à l’origine d’un nombre très faible de jours avec précipitations neigeuses : aucun jour en décembre, un seul jour en janvier et aucun jour en février. Cette année rejoint les années 1990 et 2008 où, au cours de l’hiver on a également eu un seul jour avec des précipitations sous forme de neige.

 Enfin, l’insolation a été excédentaire sur l’ensemble des trois mois. On a totalisé 217,5 h d’ensoleillement, alors qu’on n’en observe en moyenne que 174,2 h. Cette valeur est très anormalement élevée.

En recherchant sur le net avec les mots clés « prévisions saisonnières hiver 2014 le plus froid depuis 100 ans», vous trouverez plusieurs adresses où, en septembre, on vous annonçait l’hiver le plus froid depuis 100 ans.  L’Allemand Dominik Jung et l’Américain Joe Bestardi,avaient fait cette annonce fracassante (voir entre autres http://www.sudinfo.be/817316/article/actualite/belgique/2013-09-23/les-previsionnistes-europeens-annoncent-l-hiver-le-plus-froid-de-ces-100-dernier ou http://www.directmatin.fr/france/2013-10-11/lhiver-2013-2014-sera-t-il-le-plus-froid-depuis-100-ans-579262 ). Ils se sont lourdement trompés car l’hiver, non seulement chez nous, mais chez nos voisins aussi  a été très doux et loin de ce record annoncé. Certains sites comme « lachainemeteo » avaient retransmis sans réserve cette annonce mais échaudés par l’annonce d’un été 2013 pourri qui ne s’est pas réalisé, ils ont retiré ces pages de leurs sites.

Personnellement je ne suis pas d’accord avec des annonces aussi fracassantes (même si elles se réalisent), les prévisions saisonnières ne peuvent prévoir des records. Tout au plus, peut-on donner  une tendance : un hiver froid ou, à la limite, très froid ; mais certainement pas un record sur une telle période. Cela discrédite complètement le travail des climatologues.

 

 

hiver 2014

Figure : Evolution des températures maximale (courbe en rouge), moyenne (courbe en vert) et minimale (courbe en bleu) relevées à Uccle entre le 1 décembre 2013 et le 28 février 2014. La courbe en noir donne les valeurs normales de la température moyenne journalière (valeurs moyennes sur la période 1981-2010).


 

Les commentaires sont fermés.