Des inondations dans le Languedoc-Roussillon

 Depuis fin septembre, la région du Languedoc-Roussillon, en France, a connu plusieurs épisodes de débordement des eaux. En particulier, le 30 septembre a été marqué par l’inondation de Montpellier suite au débordement du Lez et du Mosson ; et la nuit du 6 au 7 octobre a connu des intempéries qui ont provoqué de nouvelles crues dans la région. Météo France parle d’ « épisodes cévenols ». En fait, il s’agit d’épisodes méditerranéens dans la région particulière du Languedoc-Roussillon.

 

Des inondations, mais pourquoi ?

 

Le climat méditerranéen est caractérisé par un été chaud et sec. En effet, au moment du solstice d’été, à midi, le Soleil est au zénith au niveau du tropique du Cancer. Cela signifie que les dépressions, comme les anticyclones tropicaux, sont repoussés vers le Nord. Au niveau de la Méditerranée, la météo est alors influencée par l’anticyclone du Sahara qui lui confère cette caractéristique de temps chaud et sec.  En conséquence, la température de l’eau de mer augmente, pouvant dépasser les 25°C.

Lorsque les pressions atmosphériques diminuent, cela provoque des dépressions sur la mer. En fait, la rencontre entre l’air chaud et humide de l’atmosphère avec l’air plus froid au Nord est très propice au développement de foyers orageux, surtout lorsque la température de la mer est plus élevée. Ces foyers peuvent donner naissance à des pluies diluviennes ; extrêmement intenses et abondantes. Il est possible de dépasser 300 mm de quantité de pluies lors de ces épisodes !

 

Les épisodes méditerranéens

 

Les épisodes les plus marquants ont été enregistrés en 1992, 2002, 2003, 2005, 2010, 2011 et 2014. L’épisode du 22 septembre 1992, par exemple, a particulièrement frappé les esprits. Il a touché le bassin d’Ouvèze et particulièrement la région de Vaison-la-Romaine. En 2002, les 8 et 9 septembre, c’est le Gard qui subit un épisode, avec un relevé de pluies allant jusqu’à 713 mm en moins de 24h à Cardet, près d’Alès ! Tous les épisodes ne se produisent toutefois pas en France : les régions du pourtour méditerranéen, comme la vallée de l’Arno à Florence, sont toutes concernées.

Impacts de ces épisodes

 

Les dégâts dus à ces inondations peuvent être catastrophiques, au niveau des pertes économiques, mais également humaines et culturelles. L’UNESCO déplore par exemple plus de deux millions de volumes rares et d’innombrables manuscrits endommagés par ces épisodes! Souvent, on constate que les constructions récentes résistent beaucoup moins bien à ces débordements que les plus anciennes. A Vaison, ainsi, le vieux pont romain a survécu à la crue, alors qu’un pont plus récent a été détruit. A Sommières, le pont à 20 arches qui avait été construit par les romains au-dessus du lit de la Vidourle, ne compte désormais plus que 7 arches : les constructions récentes n’ont pas pu résister.

 

On peut se demander si ces épisodes risquent d’être plus fréquents, ou plus violents, face au changement climatique. En fait, la réponse n’est pas si évidente. Ce phénomène ne touche pas systématiquement les mêmes zones et n’est pas identique d’une fois à l’autre. Des facteurs externes agissent sur leurs impacts et sont difficiles à prendre en compte : densité de la population à l’endroit touché, gestion de l’environnement, état et techniques de construction…

 

 

 

Sources des données : Météo France.

Commentaires

  • Un article encore une fois très intéressant, merci pour ce bon travail

Les commentaires sont fermés.