Les facteurs qui influencent le climat - partie 25

La circulation générale (1)

Au début de cette série d’article nous avons vu que la Terre est une planète en rotation. Cela va avoir une influence importante de la répartition des masses d’air sur la Terre.
Imaginons une Terre sans rotation. C’est à l’équateur qu’il fera le plus chaud. L’air chaud, léger, monte. Aux pôle, l’air froid, plus llurd, descend. Le vide créer par l’ascension de l’air chaud va être comblé par l’air froid venant des pôles. Une cellule par hémisphère se crée (voir figure 42).

terre_sana_rotation.png

Figure 42 : Terre sans rotation, formation d'une cellule par hémisphère.

Mais elle tourne. Et cette rotation entraine une force inertielle agissant perpendiculairement à la direction du mouvement d'un corps en déplacement. Avec un tourne-disque, vous pouvez faire l’expérience suivante : fixer une feuille de papier sur l’axe. Sans rotation, vous tracez une ligne à partir du centre vers vous. Vous obtenez une ligne droite. Mettez la platine en rotation, et refaite une ligne du centre vers vous de la même manière que sur la platine immobile. Quand vous reprenez la feuille vous n’avez plus une ligne droite mais une spirale. La même chose se produit avec la Terre en rotation. Une masse d’air venant du pôle est déviée vers l’ouest et une masse d’air venant du sud est déviée vers l’est. Le résultat sur la cellule de la figure 42 est la division en trois cellules comme on peut le voir sur la figure 43.

cellule-de-ferrel.png

Figure 43 : terre en rotation

Les deux cellules qui tournent dans le même sens que la cellule initiale sont dites motrices : ce sont les cellules de Ferrel et polaire. La cellule entre ces deux cellules est forcée car elle tourne dans le sens contraire. C’est la cellule de Hadley.

Elles sont à l’origine du brassage des masses d’air. Nous verrons dans le prochain billet les conséquences de cette situation.

Les commentaires sont fermés.