Les facteurs qui influencent le climat - partie 28

Le schéma de Petersen

On a vu qu’avec un axe incliné sur le plan de l’orbite de la Terre, les rayons du Soleil perpendiculaire au sol oscillaient entre les tropiques. C’est sous cette zone où le Soleil est perpendiculaire au sol qu’il fait le plus chaud. C’est donc là qu’est la dépression équatoriale. Lors des équinoxes, c’est au niveau de l’équateur que se situe les basses pressions. A partir de l’équinoxe du printemps, cette zone se déplace vers le tropique du cancer. Dans l’hémisphère bord, il repousse vers le nord la zone es hautes pressions tropicales comme l’anticyclone des Açores vers le nord et il se situe ente les latitudes 30 et 40 °.  En remontant, ils repoussent les dépressions vers le nord. C’est ce que montre le schéma de Petersen dans la figure 47.

petresen.png

Figure 47 : Schéma de Petersen

Quand on est arrivée à proximité du tropique du Cancer au solstice d’été, les dépressions rebroussent chemin et se dirigent vers le sud pour arriver au tropique du Capricorne au solstice d’hiver. Dans ce mouvement, tout se décale vers le sud. Les hautes pressions prennent une position plus méridionale ainsi que les dépressions polaires.

Il en résulte que le front polaire oscille entre 50 et 60° de latitude. Cette situation fait que la zone située autour des 60° a un régime de précipitations importantes toute l’année (voir la figure 47). Le climat méditerranéen est aussi une résultante de cette oscillation. En effet en été, l’anticyclone du Sahara est situé sur la Méditerranée y induisant un temps sec, alors qu’en hiver, ce sont les dépressions polaires qui descendent vers le sud et qui amènent des précipitations.

Ce schéma nous montre qu’un été pourri est un été normal en Belgique au grand dam du secteur touristique.

Les commentaires sont fermés.