International - Page 2

  • La culture sur brulis en Inde

    L'État indien du Punjab a deux saisons de croissance : une de mai à septembre et l'autre de novembre à avril. De nombreux agriculteurs de Punjab alternent les cultures de riz en mai à de blé en novembre. Afin de préparer rapidement leurs champs pour la récolte de blé, de nombreux agriculteurs brûlent de fin d'octobre à novembre les débris végétaux qui restent après la récolte du riz. La pratique est connue comme l’agriculture sur brûlis.

    Chaque année, les exploitants rizicoles du Punjab brûlent collectivement environ 7 à 8 millions de tonnes de débris végétaux. Lorsque le MODIS (Moderate Resolution Imaging Spectroradiometer) embarqué sur le satellite Aqua  de la NASA est passé au niveau de cette région le 30 octobre 2014, de nombreux incendies brûlaient. Dans l'image ci-dessous, les points rouges montrent l'emplacement approximatif de la combustion active. Les champs apparaissent généralement bruns.

    Source NASA

    Incendies, Inde

  • LA CONCENTRATION DE GAZ À EFFET DE SERRE CONTINUE DE GRIMPER

     

    L'OMM a publié son bulletin annuel sur les gaz à effet de serre. La concentration de ces gaz a atteint en 2012 un niveau inégalé. Le CO2 en est à 393,1 ppm soit 141 % de la valeur préindustrielle, et son augmentation entre 2011 et 2012 est supérieure à la moyenne sur les dix dernières années. Les nouvelles ne sont pas meilleures pour les autres gaz: le méthane est à 260% de sa valeur préindustrielle et le protoxyde d'azote à 120 %.

    www.wmo.int/pages/mediacentre/press_releases/documents/980_fr.pdf

  • UNE FAIBLE SAISON CYCLONIQUE SUR L'ATLANTIQUE

     

    Tandis que dans le Pacifique Ouest, le typhon Haiyan est l'un des plus puissants jamais observés, la saison cyclonique va s'avérer peu active sur l'Atlantique. Alors que la fin novembre –date officielle de fin de la saison – vient de passer, il n'y a eu que deux cyclones, tous deux en septembre (la moyenne est proche de six).Et en termes d'énergie cyclonique totale, paramètre calculé en tenant compte de la force et de la durée des tempêtes tropicales et cyclones, 2013 est pour l'instant à 70% en dessous de la moyenne 1981-2010.

    www.nhc.noaa.gov/text/MIATWSAT.shtml

  • L’ANNEE 2013 PARMI LES DIX ANNEES LES PLUS CHAUDES ?

     

    Selon un rapport de l’OMM en date du 13 novembre, l’année 2013 est en passe de devenir l’une des dix années les plus chaudes depuis le début des relevés modernes en 1850". La température des neuf premiers mois de l’année est supérieure d’environ 0,48C° à la normale calculée pour la période 1961-1990.

    www.wmo.int/pages/mediacentre/press_releases/documents/981_fr.pdf

  • Les inondations en Thaïlande

     Bangkok, capitale de la Thaïlande, subit depuis plusieurs semaines des inondations très importantes. La cause en est des pluies de mousson extrêmement importantes en amont du fleuve Chao Praya qui baigne la ville.

    Le schéma de circulation générale subit dans l'hémisphère nord une exception très importante, qui concerne principalement l'Inde et l'Asie du sud-est. Cette exception est due à la présence de l'immense continent eurasien.

    En hiver, cette immense masse continentale se refroidit de façon très importante, engendrant un anticyclone très puissant. Le déplacement des masses d'air autour de cette grande zone de haute pression amène sur ces régions des vents du nord-est, extrêmement secs. De novembre à mai il ne pleut pratiquement pas. C'est la mousson d'hiver.

    En été, le continent se réchauffe très fort créant une dépression. Les vents sont alors orientés au sud-ouest. Venant des régions chaudes de l'océan Indien, ces vents amènent des précipitations extrêmement importantes. Cette période pluvieuse débute généralement en juin et se termine en octobre en Inde. Elle va de juillet à novembre-décembre dans l'Asie du sud est. Durant cette période, il peut pleuvoir en un mois ce qui tombe habituellement en un an sur nos régions (voir graphique) - à Uccle, il tombe en moyenne 780 l/m² par an.

    Toute la vie s'est adaptée à ce régime particulier d'une saison sèche et une saison de pluie. Pour la population de ces régions de mauvaises moussons d'été sont synonymes de mauvaises récoltes et dès lors de famine.

    A l’instar de tous phénomènes climatologiques, le régime des moussons subit des variations d’intensité d’une année à l’autre. De nombreux paramètres modulent cette variabilité : entre autres le phénomène El Nino/La Nina et la température de l’océan Indien.

    thailande.png