climat - Page 4

  • L’image de la semaine

    Une rubrique de vacances. Les images satellites sont présentées dans les bulletins météorologiques. Mais elles contiennent souvent d’autres renseignements remarquables. Cette rubrique va vous en montrer quelques unes avec un petit mot d’explication.

    Panache volcanique de l'Etna

     

    a239aaad0213ae320b93cbc26fd01dc4.jpg

    Source : Earth Observatory, NASA, dimanche 27 octobre 2002.

    L’observation du panache d’un volcan à partir d’un satellite est toujours remarquable.

    Mais ce n’est pas que remarquable pour le climatologue. En effet, cette observation contribue aussi à l’amélioration de nos connaissances de l’atmosphère. En 1982, El Chicon, un volcan mexicain, a une éruption violente. Le panache est bien visible et il peut être suivi pendant plusieurs jours. On a constaté qu’il a fait plusieurs fois le tour de la Terre.

    Mais une autre observation a permis d’améliorer considérablement nos connaissances. Avant cette éruption, on estimait que le panache se dispersait dans l’hémisphère où il était émis. Mais l’observation du panache d’El Chicon nous a appris que ce dernier se répend dans les deux hémisphères de l’atmosphère. Cela avait beaucoup d’importance dans les modèles sur l’évolution à long terme du climat. Ces modèles tiennent compte des aérosols et dès lors, il a fallu introduire cette découverte dans les modèles pour mieux appréhender les climats du futur.

  • Nouveaux sites Internet sur le temps et le climat

    Nouveaux sites Internet sur le temps et le climat

    Source : Météomonde (OMM)

    New World Weather/Climate Extremes Archive

    Randy Cerveny, professeur à l’Université d’état d’Arizona (ASU) et Rapporteur sur les extrêmes climatiques de la Commission de climatologie de l’OMM, supervise le développement d’un site d’archives en ligne conjoint OMM/ASU World Weather/Climate Extremes Archive visant à suivre l’évolution des enregistrements de tels événements au niveau mondial, des hémisphères et des continents et à en dresser une liste officielle.

    L’objectif de cette démarche est de comprendre les régimes météorologiques et les modifications du climat et de nous fournir des indices sur le changement climatique en général.

    Voir l’article de fond dans le Bulletin de l’OMM Nouveau record de pluviométrie en 24 heures pour l’hémisphère occidental.

    Les Nations Unies lancent un site Internet dédié aux changements climatiques

    L’OMM a participé au lancement du Portail de l'action du système des organismes des Nations Unies sur les changements climatiques.
    Ce nouveau site web réunit sous une seule adresse l’immense éventail des travaux accomplis par différents organismes des Nations Unies sur la question du changement climatique, dont les rapports du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, qui relève de l'OMM et du PNUE, et les mises à jour des dernières actions menées pour parvenir à un accord international en la matière.

     

    Nouvelle base de données climatologiques interactive sur la Toile

    Le Tokyo Climate Center du Service météorologique japonais (JMA) a mis en ligne une base de données interactive sur le climat: ClimatView. Ce service s’adresse non seulement à tous les Services météorologiques et hydrologiques nationaux mais aussi aux institutions et aux particuliers à des fins de surveillance et d’analyse du climat et de ses variations.

    Le JMA et le Deutscher Wetterdienst sont les Centres responsables de l’observation en surface pour le Système mondial d’observation du climat (SMOC). L’OMM copatronne le SMOC.

    Activités du centre d’observation en surface du SMOC

     

  • Quelques inondations remarquables (6)

    La Somme en 2001

    Lors de l’importante crue de la Somme, je lisais un Maigret de Simenon. « Maigret et le clochard » a été écrit en 1962. Je lisais à ce moment l’extrait suivant :

    ‑ La Seine reste haute, remarqua Lapointe, qui n’avait encore rien dit.
    C’était vrai. Depuis un mois, c’est à peine s’il cessait parfois de pleuvoir pendant quelques heures et presque chaque soir la télévision montrait des rivières en crue, des villes et des villages où l’eau déferlait dans les rues. Celle de la Seine, jaunâtre, charriait des détritus, des vieilles caisses, des branches d’arbres.

    Je voyais également les reportages dans les journaux télévisés et écrits et j’entendais les nouvelles à la radio. Les discours qui s’y tenaient étaient similaires à ce qu’écrivait Simenon  presque 40 ans plus tôt. Outre les pluies abondantes, d’autres facteurs ont aggravé ces inondations. De plus la durée pendant la quelle les inondations se sont maintenues étaient très inhabituelles ; elles se sont maintenues pendant presque 3 mois de mars à juin.
  • Quelques inondations remarquables (5)

    La Meuse en 1993 et 1995

    La Meuse connaît également de fréquentes inondations. Les crues les plus graves ont eu lieu en décembre 1993 et janvier 1995. Dans les deux cas on a recueilli près de 400 mm de précipitations à la station de Libramont. Différentes dépressions qui ont circulé d’ouest en est sur notre pays, amenant en une quinzaine de jours des quantités d’eau importantes et le court intervalle de temps entre chaque zone de pluie ne permettait pas à cette eau de s’évacuer. Lors du passage de la dépression de Noël en 1993 et de la dernière décade janvier en 1995, les sols et les rivières étaient saturés en eau et les inondations étaient dès lors inévitables.

     f6fc0268ef972cd233c66a728f8e7ac5.png

     La Meuse à Dinant deux jours après le maximum de la crue de janvier 1995

  • Quelques inondations remarquables (4)

    Juillet 1996 dans la région du Saguenay au Québec

    Les 19, 20 et 21 juillet 1996, des pluies diluviennes se sont abattues au-dessus de la région du Saguenay—Lac-Saint-Jean et plus particulièrement au Saguenay. Plus de 260 millimètres de pluie sont tombés durant 50 heures consécutives causant le débordement de plusieurs cours d'eau importants. Ce fut « le déluge du Saguenay », l'un des désastres naturels les plus importants de l'histoire du Québec. Les dommages causés par ces précipitations catastrophiques ont totalisé environ 700 millions de dollars canadiens.

    Cet événement est typique d’une situation de blocage. Une dépression s’est arrêtée sur l’embouchure du Saint-Laurent. Durant leur mouvement de rotation, les masses d’air passent à intervalles réguliers au-dessus de l’océan permettant leur recharge en humidité. Il en résulte des pluies de longue durée et de très forte intensité.

    b0a0f58e17056ec2d74c5d44ba16efac.jpg

    Figure 8 : Pont enjambant la rivière des Ha-Ha brisé par l'inondation, à La Baie, au Québec, en 1996 (François Hamel -- Montréal : Éditions Trustar, 1996. -- 206 p. : ill., portr. ; 23 cm. -- ISBN 2921714108. -- P. © Éditions Trustar. Reproduction autorisée par les Éditions Publistar.) (http://www.collectionscanada.ca/sos/002028-150-f.php?uid=002028-nlc010694&uidc=recKey&PHPSESSID=7q40rbav8pjrepkmv34q531un1)