neige - Page 2

  • Vague de froid précoce ?

    pict_276241.jpgDans plusieurs médias, on a parlé d’une vague de froid exceptionnelle pour cette fin novembre, début décembre En fait, il y a confusion entre vague de froid qui concerne la température et période neigeuse qui n’est pas nécessairement une période froide. Cette période est néanmoins remarquable pour la période de l'année avec des valeurs basses dans les journées des 1 et 2 décembre.

    Depuis 1889, nous avons eu 36 années où au cours de la troisième décade de novembre, une épaisseur mesurable de neige (épaisseur supérieur ou égale à 1 cm) a été observée à Uccle. La neige la plus précoce est tombée le 8 octobre 1904 mais n’est pas restée au sol. Les première trace de neige au sol avait été observée le 16octobre 1919. Alors que le 30 octobre 1941, on notait 5 cm à 8 h du matin.

    Cette année à Uccle, on relevait 2 cm de neige le 30 novembre, 2 cm le premier décembre, 5 cm le 2 et 7cm le 3. Cela fait bien pâle figure à conté des 21 cm relevé le 25 novembre 2005 et de 33 cm le 28 novembre 1973. Cette année, on est donc loin de ces valeurs remarquables. Cette offensive neigeuse n’a rien de particulier, cela arrive régulièrement. La seule différence qui est liée au saut de température observé en 1988, est que la fréquence des neiges précoces (avant décembre) est passée d’en moyenne une fois tous les 3 anas à une fois tous les 7 ans.

    Du point de vue froid, on a déjà connu pire, sauf pour les températures maximales des 1 et 2 décembre. Les minima sont négatif depuis le 27 avec un minimum de -0,6°C. Les jours suivants, on a eu successivement -4,5°C, -4,4°C, -2,8°C, -5,0°C et -7,2°C. Le valeurs les plus remarquables pour cette période de l’année sont -7,4°C noté les 22 et 23 novembre 1998 et ‑9,6°C et -10,5°C les 29 et 30 novembre 1921. En décembre on -12,1 le 6 de l’année 1931, -10,1 le 3 en 1973.

    Les maxima sont à l’avenant avec depuis le 27, les valeurs suivantes : 2.7, 1.8, -1.6, -0.7, ‑4.9 et -4.5°C pour le 2 décembre. Les deux dernières valeurs sont remarquables. On a eu -4.2°C le 29 novembre 1921, puis il faut aller jusqu’au 9 décembre pour trouver un -5,2°C en 1945. Les températures devraient rester négatives jusque samedi soir. Le thermomètre devrait passer le cap des 0°C dans la nuit de samedi à dimanche.

  • Les vagues de froid de 2009 - 2010 à Uccle

    L’hiver se repartit sur les mois de décembre, janvier et février. Cette année connut un des hivers les plus froids et surtout le plus neigeux de ces 30 dernières années. Le plus froid fut celui de 1985 avec 0,6°C, suivi de celui de 1996 avec 1,4°C ; pour cette année, la moyenne a été de 1,5°C.

    Par contre le nombre de jour de neige est le plus élevé de ces 30 dernières années avec 31 jours. Le record date du début du siècle passé avec 37 jours de neige en 1907, suivi de 33 jours en 1968.

    Avant de considérer cette période de froid, il est utile de définir quelques expressions. On parle de jour de gel lorsque la température minimale est strictement inférieure à 0 °C tandis que la température maximale reste positive. On considère que l’on a un jour d’hiver quand la température reste strictement inférieure à 0 °C durant toute la journée. Un jour où le minimum est de -6,0 °C et le maximum est de 0,0 °C sera considéré comme un jour de gel et non pas d’hiver.

    Une journée climatologique est la période de 24 heures qui sépare deux observations réalisées à 8 h du matin. La journée climatologique s’étend donc de 8 h du matin au lendemain matin 8 h. Les données statistiques vont être basées sur cet intervalle de temps.

    On peut considérer que l’on a eu 3 vagues de froid au cours de cet hiver. La première débuta le 13 décembre et se termina le 24. Une nouvelle vague commença le jour de l’an et s’acheva le 15 janvier. En février, on nota encore une période froide entre le 8 et le 17. Ces vagues de froid ne furent ni longues ni intenses mais elles ont néanmoins été remarquables. La plus importante vague de froids fut celle de l’hiver 1962-1963 avec une durée de 73 jours entre le 22 décembre 1962 et le 4 mars 1963.

    Le nombre de jours d’hiver fut de 17: du 16 au 19 décembre 2009, le 4 janvier 2010, puis du 6 au 10 de ce mois ainsi que le 26 et en février ces jours d’hiver ont eu lieu entre le 9 et le 13 et le dernier jour a été le 15

    La moyenne des températures de la première décade de janvier 2010 a été à Uccle de -3,0 °C. La première décade de janvier la plus froide date de 1997 avec ‑7,1 °C pour les dix premiers jours de l’année.

    En 1917, la dernière décade de janvier et la première décade de février ont eu comme température moyenne respectivement ‑6,0 et -8,1 °C. Nous pouvons constater dans le tableau 1 quelques décades froides qui ont marqué les hivers auxquels elles appartiennent. On notera les hivers particulièrement longs de 1942 et surtout celui de 1963.

    Déc 1

    Déc 2

    Déc 3

    Jan 1

    Jan 2

    Jan 3

    Fév 1

    Fév 2

    Fév 3

    1917

    -6.0

    -8.1

    1929

    -8.9

    1942

    -7.1

    -4.3

    -5.2

    -1.9

    -3.0

    1956

    -5.3

    -7.5

    -5.2

    1963

    -3.9

    -2.6

    -6.8

    -4.0

    -2.1

    -1.1

    -2.9

    1985

    -5.4

    -6.8

    -5.0

    1997

    2010

    -1.0

    -3.0

    -0.4

    Tableau 1 Quelques valeurs remarquables des températures moyennes décadaires comparées à cet hiver.

    L’autre facteur remarquable de cet hiver fut le nombre de jours où les précipitations furent en tout ou en partie de neige. On a eu respectivement pour les 3 mois d’hiver 7, 14 et 10 jours de neige pour un total de 31 jours. Janvier est le deuxième mois de janvier le plus neigeux depuis 1901, deuxième place partagée avec 1945 ; le record reste attaché au mois de janvier 1917 avec 15 jours. Cette fréquence élevée de jours de neige associée à de fréquentes périodes de gel-dégel a provoqué une dégradation importante des routes. Le phénomène n’est pas uniquement belge mais tous les pays ont connu les mêmes problèmes à des degrés divers. En Allemagne, on peut adopter des nids de poule à Niederzimmern, près de Leipzig pour un don à la commune de 50 €. Les nids adoptés seront réparés et la commune y insérera un médaillon avec un message du donateur !

    Cette fréquence élevée d’enneigement fut à l’origine d’une consommation importante de sel de déneigement avec en fin de compte une pénurie. N’oublions pas que les hivers doux des ces dernières années ont permis de fortes économies dans ce secteur.

    Même avec un réchauffement global de la Terre, on peut observer des hivers comme ceux d’antan sans pour autant que cela remette en question ce réchauffement. Selon une étude de la NOAA, l’hiver 2009-2010 est le deuxième plus chaud à l’échelle mondiale. Il est précédé dans ce classement par 2006-2007. La carte de la NOAA montre pour janvier 2010 les anomalies de température et on peut y constater que malgré le froid dans nos régions, les zones où la température fut plus élevée que la normale sont très étendues sur notre planète.

    L’hiver fut froid mais reste cependant encore chaud par rapport aux hivers les plus froids que nous avons connus dans le passé. Ceux de 1962-1963 et le mois de février 1956 resteront encore longtemps dans la compilation des hivers rudes !

     

    get-file.jpg

  • Neige et gel

    Les conditions météorologiques que nous connaissons pour le moment amènent à des commentaires qui me surprennent. Ainsi plusieurs personnes m’ont dit que ce n’est pas normal qu’il neige avec une température négative !

    Je ne vois pas pourquoi le gel empêcherait la chute de la neige ! Au contraire, ce n’est qu’avec des températures négatives que la neige va se former. Dans les nuages en altitude, l’air est saturé en vapeur d’eau et l’excès qu’il ne peut contenir va se transformer en liquide et/ou en glace. Dans le cas où l’atmosphère est pure, on va avoir de l’eau surfondue, c’est-à-dire de l’eau sous forme liquide à des températures relativement basses. En revanche, s’il y a de petites particules solides dans l’air comme de la poussière, de la fumée, des aérosols, …, de fines paillettes de glace se forment. Celles-ci, suite à de la turbulence dans le nuage, vont s’agglutiner et former des cristaux de forme hexagonale. L’étape suivante est la formation de flocons. Ce sont les cristaux qui vont former des flocons plus ou moins volumineux. Dans ce cas, la température doit toujours être négative sinon, la glace va fondre et former des gouttes de pluie.

    La fourchette de température dans laquelle il neige le plus souvent est comprise entre -5°C et +5°C. Néanmoins, il peut neiger lorsque la température est plus basse, jusqu’à -10°C. Au-dessus de 5°C, il peut aussi neiger jusqu’à une température de 10°C. Dans ce cas, l’air est chaud près du sol, mais en altitude, il est négatif. Si l’épaisseur de la couche d’air chaud est faible, les flocons n’ont pas le temps de fondre.

    Lors de la fin d’une période de froid, l’arrivée de l’air chaud commence en altitude alors que de l’air froid peut encore traîner au sol. Dans ce cas, il se met à pleuvoir ou la chute de neige se transforme en pluie et comme le sol est encore froid, une couche de glace se forme sur le sol. On assiste alors à une période de 2 ou 3 heures pendant lesquelles les déplacements sont très difficiles. Mais dès que le sol est suffisamment chaud, ces inconvénients disparaissent.

    neige-bsa.png

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Chute ne neige à Bruxelles (Berchem-Sainte-Agathe) le 20 décembre 2009 (photo Marc Vandiepenbeeck)

  • 09.07.2009 Images remarquables

    Eruption du Sarychev, les îles de Kouriles

    sarychev_ast_2009181.jpg
    Image acquise le 30 juin 2009

    sarychev_ast_2007146.jpg

    Image acquise le 26 mai 2007


    Le 12 Juin 2009, le volcan Sarychev situé à la pointe de l’île Kourile Ostrov Matua a connu une éruption spectaculaire. L'événement a laissé derrière lui une modification de l'île.

    Acquises par l’ASTER (Spaceborne Advanced Thermal Emission and Reflection Radiometer) embarqué sur le satellite TERRA de la NASA, ces images montrent l'île Ostrov Matua le 30 juin 2009 peu de temps après l'éruption (photo du haut) et la situation observée le 26 mai 2007 (photo du bas ).

    Dans ces images en fausses couleurs, la végétation apparaît en rouge, l'eau apparaît de couleur bleu foncé, et les nuages, la vapeur d'eau et la glace apparaissent en blanc. Les roches volcaniques, y compris les anciennes coulées de lave et les débris de l'éruption récente, vont du gris au brun foncé.

    La différence la plus frappante entre ces deux images est le revêtement gris sur la moitié nord-ouest de l'île en Juin 2009. Bien que la végétation sur le reste de l'île semble luxuriante, des débris volcaniques, probablement un mélange de coulées pyroclastiques et de cendres ont recouvert la quasi-totalité de la végétation sur l'extrémité nord-ouest. L'image du haut révèle également que l'activité volcanique récente semble avoir agrandi l'île sur la côte nord-ouest.

    Une autre différence entre les images a trait à la couverture de neige. L'image de mai 2007, montre une alternance de zones avec et sans neige. La végétation en rose-gris, suggère que le dégel du printemps est toujours en cours. L'absence totale de neige en juin 2009 résulte d'une combinaison d’un décalage dans la saison et de l'activité volcanique qui a fait fondre ce qui subsistait de la neige.

    Source NASA

  • Images remarquables

    Fait d'hiver

    illinois_AMO_2008337_lrg.jpg
    Image prise le 2 décembre 2008 (NASA)

    La première grande tempête hivernale est arrivée dans l'Illinois et les États voisins début décembre 2008. De fortes chutes de neige ont causé des accidents de voiture mortels et perturbé le trafic aérien pendant des heures. Cette image de la neige fraîchement tombée a été capturée par le MODIS (Moderate Resolution Imaging Spectroradiometer) de la NASA sur le satellite AQUA le 2 décembre. Il y a quelques nuages qui s’attardent sur le lac Michigan, mais un ciel clair sur le nord de l'Illinois a permis de voir la couverture de neige. Le paysage blanchi met en lumière les chemins de rivières et des ruisseaux ainsi que les zones urbaines, qui apparaissent en teinte plus gris. Selon les rapports de presse AP, «c’est une très intense chute de neige qui s’est produite de dimanche à lundi à travers une bande centrale dans l'Illinois à peu près le long de l'autoroute 74 de l'ouest de Peoria à l'est de la région de Bloomington-Normal ».