précipitations - Page 3

  • Les précipitations d'un mois tombées en un jour...

    Communiqué de presse de l'Institut Royal de Météorologie

    Comme prévu par l'IRM les jours précédents, des pluies localement abondantes ont touché le pays entre le 15/08/2010 à 8h00 et le 16/08/2010 à 8h00. Dans certaines régions, les précipitations ont même dépassé 50 mm en 24h.


    En plusieurs endroits, on a même atteint, en 24 heures, la quantité de pluie qui tombe normalement durant tout le mois d'août.

    Ainsi, il est tombé 85,4 mm d'eau à Moerbeke-Waas alors que la normale mensuelle y est de 71 mm.

    Le niveau de 60 litres d'eau a été surtout dépassé au sud du sillon Sambre-et-Meuse: Presgaux (68,9 mm), Sorée (67,7 mm), Sivry (66,4 mm), Saint-Gérard (66,0 mm), Boussu-lez-Walcourt (64,1 mm), Strée (61,5 mm) et Védrin (60,5 mm).

    Ces quantités ne se produisent en moyenne qu'une fois tous les 20 ans.

    Bien qu'il pleuvait déjà depuis le matin sur certaines régions, la majeure partie est tombée depuis environ 15:00h hier jusqu'à aujourd'hui.

    Ailleurs dans le pays, les quantités de précipitations ont varié la plupart du temps entre 25 et 60 mm. La grande majorité des mesures que nous avons déjà reçues se situent entre 30 et 60 mm.

    Cette situation est associée au creusement d'une dépression le long de la frontière séparant l'air chaud présent sur l'Europe de l'est, d'une part, et l'air maritime plus frais circulant sur l'Europe occidentale, d'autre part; ce week-end, cette frontière était située à l'est de l'Allemagne.

    Une poche d'air froid en altitude est descendue de la Manche vers la Suisse; elle a induit des effets dynamiques le long de la zone de contraste thermique qui a alors donné naissance à la dépression sur le sud de l'Allemagne. Un système perturbé très actif qui s'est enroulé autour de cette dépression, a alors atteint notre pays par le nord-est, via l'ouest de l'Allemagne et les Pays-Bas, durant la journée de dimanche; il a amené de l'air plus doux et très humide dans les hautes couches de l'atmosphère et a principalement affecté la partie est du pays. Durant la nuit, la perturbation s'est décalée vers l'ouest où son activité s'est encore accrue.

    Le flux de nord à nord-ouest étant parallèle à la zone de pluie, notre pays a subi son passage dans le sens de la longueur; ce qui a contribué encore à accroître les cumuls de précipitations.
    Ce lundi, la perturbation traînera encore sur l'ouest du pays; ailleurs, l'atmosphère restera humide et instable avec des averses pouvant être localement orageuses. La nuit prochaine, la bande pluvieuse se déplacera à nouveau vers le centre et plus tard vers l'est du pays, avant de s'évacuer par le nord-est demain matin.

    Durant cette journée de lundi et la nuit prochaine, nous prévoyons entre 20 et 40 litre/m2 supplémentaires en beaucoup d'endroits. La normale mensuelle des précipitations sera donc dépassée en beaucoup d'endroits.

    Le dernière fois où la moyenne mensuelle de précipitations du mois d'août avait été dépassée en quelques jours remonte à 14 ans. Le mois d'aôut 1996 avait été très sec mais, les 28 et 29, il est tombé 100 mm de précipitations.


    Pour information:

    1 mm de précipitations = 1 l/m².

  • Les moussons


    moussons.png Le climat des moussons fait également partie des climats équatoriaux. Il est symbolisé Am dans la classification de Köppen, le m faisant référence à ce régime particulier de précipitations. Ces précipitations sont à l’origine des importantes inondations qui sévissent au Pakistan et en Chine. Le schéma de circulation générale subit dans l'hémisphère nord une exception très importante, qui concerne principalement l'Inde et l'Asie du sud-est. Cette exception est due à la présence de l'immense continent eurasien.

    En hiver, cette immense masse continentale se refroidit de façon très importante, engendrant un anticyclone très puissant. Le déplacement des masses d'air autour de cette grande zone de haute pression amène sur ces régions des vents du nord-est, extrêmement secs. De novembre à mai il ne pleut pratiquement pas. C'est la mousson d'hiver.

    En été, le continent se réchauffe très fort créant une dépression. Les vents sont alors orientés au sud-ouest. Venant des régions chaudes de l'océan Indien, ces vents amènent des précipitations extrêmement importantes. Cette période pluvieuse débute généralement en juin et se termine en octobre en Inde. Elle va de juillet à novembre-décembre dans l'Asie du sud est. Durant cette période, il peut pleuvoir en un mois ce qui tombe habituellement en un an sur nos régions (voir graphique) - à Uccle, il tombe en moyenne 780 l/m² par an.

    Le diagramme de Bombay montre bien ce régime de pluies de mousson alternant à une période de sécheresse. En Inde, les pluies commencent en juin. Mais au fur et à mesure que l'on se déplace vers l'est, le début des pluies se décale vers l'automne.

    Les quantités d'eau recueillies en période de pluies sont considérables. En un mois il tombe pratiquement autant (si pas plus) qu'en une année au Littoral belge. S'il tombe en un mois le quart de ce qui tombe en juillet à Bombay, nous considérerons que nous avons un été pourri accompagné en outre d'inondations comme ce fut le cas en juillet 1980. En revanche en Inde, s'il tombe cette même quantité en juillet ou en août, cette situation serait qualifiée de sécheresse catastrophique avec des récoltes extrêmement mauvaises conduisant à des situations de famines. "Relativité des choses" dans un pays qui lutte pour survivre en comparaison avec notre civilisation de loisirs.

    Le régime des températures est très analogue à celui de la subdivision Aw avec un maximum au début de la saison des pluies et une période "froide" durant la période sèche. C'est durant cette période qu'il est préférable de visiter ces contrées car le temps y est plus supportable du fait des températures et des conditions d'humidité de l'air.

    Ce type de climat conduit à une flore particulière qui doit s'adapter à cette alternance de périodes sèches et pluvieuses. Le riz est le type même de culture adaptée à ce climat.

     


     

     

  • Mars 2010

    Ce mois de mars va sembler bien normal avec les valeurs moyennes du mois. Et pourtant, on doit le diviser en deux ; du début du mois au 13, nous avons une période fraiche et depuis le 14 c’est plutôt la douceur qui a marqué la fin du mois.

    Si la température moyenne est de 6,7°C, la normale étant de 5,5°C, quand on examine les valeurs décadaires on a successivement 1,5°C, 8,0°C et 10,4°C (du 21 au 28 mars) (les normales sont respectivement 5,5°C, 7,0°C et 7,8°C).

    Le total des précipitations jusqu’au 31 est 50,2 mm. Le nombre de jours avec des précipitations mesurables est de 13 dont deux jours de neige ; les normales correspondantes sont 18 jours de précipitations dont 3,2 jours de neige.

    L’insolation sera également proche de la normale avec à ce jour 118 h de Soleil. Seul 5 jours ont été bien ensoleillés et ont tous eu lieu au cours de la première décade. Cette dernière a d’ailleurs connu 86,2 h de soleil.

    Ce mois de mars aura été coupé en deux : une première moitié fraiche, sèche et ensoleillée, une seconde moitié plus douce mais plus sombre et pluvieuse.

    tt_fr.png

  • 2009 une année chaude sans plus

    Bilan de l’année 2009 à Uccle

    Le terme de cette année approche et l’heure est au bilan. N’étant pas complètement achevée, les chiffres présentés sont proches des valeurs finales mais seront certainement modifiés avec les valeurs définitives que nous auront le jour de l’an.

    Avec une moyenne de 11,0°C (norm. : 9,7°C) (les normales sont calculées sur la période 1901-2000) la valeur de la température moyenne annuelle est très anormalement élevée. Elle se situe à la 11ème place parmi les années les plus chaudes et ne se différencie des années 1995 et 2005 que par des centièmes de degré. Les mois d’avril et de novembre ont été particulièrement chauds. Ils occupent tous les deux la deuxième position des mois les plus chauds. En avril on avait eu 12,5°C (norm. : 9,0°C), le record datant de 2007 avec 14,3°C. La température moyenne de novembre 2009 a été de 9,7°C (norm. : 6,1°C) et le record avait été enregistré en 1994 avec une température moyenne de 10,4°C. On se souviendra aussi de la période de froid que nous avons connue en janvier avec entre autre 4 jours où la température minimale était descendue en dessous de -10°C, ce qui ne s’était plus produit à Uccle depuis 1996.

    La quantité d’eau recueillie est normalement déficitaire avec 745,6 mm (norm. : 804,8). Cette quantité a été relevée au pluviomètre 185 jours alors qu’une année normale en compte 207.

    L’insolation a également été normalement déficitaire avec 1706,8 h (norm. : 1802 h). Le mois de février avait été très sombre : avec 33,1 h de Soleil, il a pris la première place des mois de février les plus sombre, le précédent record datait de 2009 avec 39,0 h.

    On retiendra encore la courte période peu pluvieuse que l’on observé entre août et septembre et qui a touché plus particulièrement la province de Flandre Occidentale.

    Bref l’année a été douce et dans la continuité des années chaudes de ce début du siècle.

    ttmen2009.png

  • Decembre 2009 : une deuxième décade en contraste avec la première

    Deuxième décade

    Le 11, les courants maritimes ont pris un caractère polaire suite au développement d’un anticyclone à l’ouest de la Grande Bretagne. Du 12 au 14, le déplacement de cet anticyclone vers la Scandinavie et sont retour vers les Îles britanniques a donné aux courants qui déterminent notre temps un caractère continental. Du 15 au 20, le remplacement de l’anticyclone par une dépression oscillant sur cette même région a déterminé sur notre pays des courants maritimes d’origine polaire.

    Les valeurs de la durée de l'ensoleillement et de la température moyenne sont très anormales. Elles sont respectivement : 28,2 h (norm. : 17,2h) et -1,3°C (norm. : 4,4°C). Le total des précipitation est normalement déficitaire avec 14,6 mm (norm. : 27,7 mm)