précipitations - Page 4

  • Décembre 2009 : une première décade particulièrement sombre

     

    Première décade

    Le premier, une crête anticyclonique sur la Grande Bretagne nous a envoyé des courants maritimes frais. Du 2 au 10, notre temps est déterminé par des courants d’origine maritime doux associés à des dépressions au voisinage de la Grande Bretagne et/ou au sud de l'Islande.

    La durée d'insolation est exceptionnellement déficitaire : on a enregistré 2,3 h de Soleil (norm. : 19,8 h). Cette valeur est la deuxième valeur la plus basse relevée à Uccle; le record a été enregistrée lors de la première décade de 1956 avec 1,0 h de Soleil. On notera que la deuxième décade de janvier 1992, le Soleil n'a pas brillé une seule minute ! La température moyenne a été anormalement élevée : on a un valeur de 7,3°C (norm. : 4,4°C). La quantité d’eau recueillie est normale avec un total de 33,5 mm (norm. : 23,9 mm).


  • Septembre 2008, le frère de celui de 2007 ?

    f82583dc612a74e9951616ae652aa907.pngAlors que se termine le mois de septembre, le mois d’octobre démarre sur une note « automnale » : pluie, vent et chute des feuilles. Ce premier mois de l’automne météorologique aura été tout à fait normal. 

    La température moyenne a été de 14,0°C, exactement la même valeur que celle du mois de septembre 2007 ! Les extrêmes en sont aussi très proches : la température maximale a été de 18,2°C alors qu’en 2007 on avait eu 18,4°C et la température minimale moyenne a été de 9,9°C, celle de 2007 était de 10,2°C. La plus grosse différence fut dans le maximum absolu : cette année la valeur la plus élevée a été de 27,2°C alors que l’année passée, le mercure dans le thermomètre n’était pas monté au-dessus de 22,0°C. Les normales sont respectivement de 14,6°C, 19,1°C, 10,8°C et 26,2°C.

    Si le nombre de jour de pluie fut inférieur cette année à celle de l’année précédente : 12 jours en 2008 contre 16 en 2007 (norm. : 15 jours), les quantités d’eau recueillies furent également relativement proches ces deux années : 70,7 mm pour 2008 et 57,6 mm pour 2007, un mois de septembre normal totalise 69,8 mm de précipitations.

    La fréquence élevée de courants continentaux qui ont déterminé notre temps au cours des deux dernières décades est à l’origine d’une insolation nettement plus favorable que celle de l’année précédente. Le Soleil a brillé pendant 157 h 45 min alors qu’en 2007 on n’avait eu droit qu’à 103 h 30 min. la normale d’un mois de septembre étant de 154 h de Soleil.

    Un mois, quel qu’il soit, présente toujours ses propres caractéristiques. Elles sont fixées par les masses d’air qui déterminent notre temps. Cette année, on a eu droit à une longue période de courants continentaux qui nous ont amené un temps relativement sec et bien ensoleillé. Comme la source des masses d’air était au départ polaire, les températures ont été, au cours de cette période, légèrement fraîches.

  • Mars 2008 : un record de pluie

    Onze mois après le fameux mois d’avril 2007 au cours duquel aucune goutte de pluie n’a été observée à Uccle, mars 2008 bat un record diamétralement opposé : celui du mois de mars le plus pluvieux. Avec 140,5 mm, il dépasse le précédent record  qui datait de 1988 avec 138,1 mm.

    Deux questions viennent à l’esprit :

    • Quel est la cause de ce record (avec en sous-entendu une allusion au changement de climat) ?
    • Quelles sont les conséquences d’un mois aussi pluvieux ?
    À la première, la réponse se trouve dans la manière dont les masses d’air ont évolué sur notre pays. La plus grande partie du mois a été dominée par une circulation de dépression au nord de notre pays. Quand la masse d’air avait une provenance plus septentrionale elle était accompagnée de pluie ou de neige. Cette situation, que nous connaissons régulièrement dans notre pays et qui n’a rien de particulier, est l’origine de longs épisodes pluvieux et de mois records comme celui-ci. Une liste de ces épisodes serait facétieuse et certes trop longue pour être énumérée. Retenons les mois de décembre 1993 ou de janvier 1995 ou encore entre le 21 juin et le 20 juillet 1980, périodes au cours desquelles on a eu une quantité d’eau de plus de 243 mm en 30 jours à Uccle. Ce genre de situation est lié à la circulation générale et on ne peut y voir la marque du changement de climat.

     

    La seconde question n’est pas de mon ressort. Je peux cependant dire qu’une telle situation n’est pas à 100% négative. Au cours d’un tel mois, la recharge des nappes phréatiques est bonne, les sols ont besoin d’eau qui sera utile lors du plein développement de la végétation. Néanmoins les sols et les rivières sont saturés d’eau et si d’aventure les pluies devaient se poursuivre, le risque d’inondation deviendrait grand.

     

    d011b3b40625b63410ab2d4739e31e44.png

  • « En avril ne te découvre pas d’un fil »

    Ce dicton rappelle qu’il peut faire froid au cours de ce mois. Mais cette année ce ne fut certainement pas le cas. Bien au contraire, il a battu tous les records de chaleur. Et ce ne sont pas les seuls records qui vont être battu cette année.

    Outre la température moyenne mensuelle, le maximum moyen mensuel, la température maximale absolue,  la vitesse moyenne de vent sera la plus basse depuis 1879, l’ensoleillement sera la plus élevée depuis 1887, le nombre de jours de pluie est le plus bas depuis 1833. Actuellement le record de déficit des précipitations est menacé par des risques d’orages dimanche et lundi.

    Avril 2007

      le moixs Normale Record Année
    Vitesse moyenne du vent m/s 2,8 3.7 3,0 1984
    Durée de l’ensoleillement h 284 158 255 1893
    Température moyenne °C 14,3 9.0 11.9 1946
    Température maximale moyenne °C 20,5 13.1 17.4 1961
    Total des précipitations mm 0.0 53.1 0,5 1893
    Nombre de jours de précipitations d 0 17 3 1893

     

      Une zone de haute pression  se situait soit sur le nord des îles britanniques, soit sur la Scandinavie.  Dans le premier cas, des courants polaires et dans le second des courants continentaux ont influencé notre temps. Mais dans tous les cas, les masses d’air n’ont pas amené de précipitations sur notre pays.

    Ce mois d’avril va rester sans aucun doute parmi les événements météorologiques les plus remarquables au même titre que la vague de chaleur de 1976.