température - Page 2

  • Records d'un jour

    - Les records d'un jour n'ont pas beaucoup de signification à cause de la très grande variabilité d'un jour à l'autre de la température. Ainsi en janvier 2002, on a eu 13,6°C les 27, 28 et 30 janvier. Cette valeur est un record pour le 27 et le 30 mais elle est inférieure au 14,0°C enregistré le 28 janvier 1949. Il est déjà arrivé qu'une valeur élevée au cours d'un mois ne soit pas un record d'un jour mais qu'une valeur plus basse la veille ou le lendemain le soit ! Quel est dès lors la valeur la plus remarquable ? C'est pour cela que je ne veux pas descendre en dessous des records par décade. C'est vraiment un minimum. Si on avait eu les 21,7°C à Uccle le 19 mars on aurait battu un record d'un jour mais le hasard de la situation météorologique a fait qu'elle s'est produite le 17 et que cette date là on à eu plus chaud en 1990.
    - La deuxième raison est que l'on ne peut pas comparer une valeur remarquable dans une station avec des valeurs observées dans une autre. J'ai souvent vu des journalistes prendre la valeur mesurée à Kleine Brogel et en tirer la conclusion que c'est un record parce qu'elle dépasse la valeur record du jour mais à Uccle. Le climat de la Campine, n'est pas celui du Littoral, du centre du pays, de la vallée de la Meuse, des Fagnes, …

     

    Dans le cas du 17 mars 2005 et dans bien d'autres cas, les journalistes parlent de records parce que cela fait bien cela fait vendre alors que ce qu'il publie est une mauvaise interprétation de ce qui leur est communiqué. Il l'interprète de manière à avoir du sensationnel. Les médias ont perdu leur rôle d'information au profit de créer des sensations uniquement dans le but d'augmenter leur audimat ! Dans le livre de René Chabout, La météo question de temps (1993, éd. Nathan), il y a un encadré intitulé "Une pluie … de records". Il suffit de démultiplié les paramètres et les possibilités. Avec la température journalière la plus haute et/ou la plus basse des maxima et des minima journaliers, cela donne 1460 records à battre dans l'année pour une station. Avec 178 stations thermométriques dans le pays cela donne 259 880 records possibles en un an.
    Par contre rien n'empêche de qualifié de remarquable la journée du 17 mars mais elle n'entre pas dans les annales. Le record de mars pour la station d'Uccle reste le 23.0°C enregistré le 30 mars 1968. Nous connaîtrons encore des journées de cet acabit dans les mois à venir. Et si l'on compte le nombre de fois que la presse fait la une avec ce genre de record on voit bien que cela n'a rien d'exceptionnel puisqu'ils en font deux, trois ou plus par an !
  • 2010 L'année la plus chaude (OMM)

    2010 est l’une des annéesles plus chaudes jamais observées à l’échelle du globe

    L’OMM a publié sa Déclaration annuelle sur l’état du climat mondial.

    L’année 2010 se distingue par des températures record à la surface du globe, équivalentes à celles relevées en 1998 et 2005 et conformes aux observations des 50 dernières années sur l’accélération du réchauffement climatique.

    Cette année marque également la fin de la décennie la plus chaude jamais enregistrée. Durant cette période, le réchauffement a été significativement plus important dans certaines régions, notamment en Afrique du Nord et dans la péninsule d’Arabie, l’Asie du Sud et l’Arctique.Des phénomènes climatiques extrêmes de grande envergure ont été enregistrés dans plusieurs régions du monde, entraînant de grandes conséquences socio-économiques.

    Les inondations au Pakistan et en Australie, comme la vague de chaleur qui a submergé la Fédération de Russie, ont constitué les phénomènes les plus violents de l’année.

    Reportez-vous au site http://www.wmo.int/pages/publications/meteoworld/index_fr.html

    Source OMM, Météomonde avril 2011

  • Record d’insolation battu ce printemps 2011

     

    Ce printemps météorologique (mars, avril et mai) est remarquablement ensoleillé. Avec les heures d’insolation d’hier (24/5), on vient de dépasser le printemps le plus ensoleillé depuis que l’on fait des observations héliographiques à Uccle, début qui date de 1887.

    Jusqu’au 24 mai, nous totalisions 655 h 55 min de soleil. Cette valeur dépasse les 651 h 48 min du printemps 1893. La deuxième place était occupée par l’année 1990 avec 644 h 13 min de soleil. On ne peut encore rien présager de l’été à venir. La seule observation des étés consécutifs à ces deux printemps ensoleillés (1893 et 1990) nous donne des étés normalement ensoleillés avec comme bonus un léger excès par rapport à la normale. L’été 1893 avait enregistré 614 h 54 et celui de 1990, 634 h 55 de Soleil, la normale 1981-2010 étant de 578 h 20.

    Ces printemps contrastent de façon notable en regard des printemps les plus déficitaires : 1983 avec 276 h 52 et 1891 avec 330 h de Soleil.

    Cet ensoleillement généreux du printemps 2011 est logique avec le déficit de précipitations que nous vivons à l’heure actuelle. On ne peut encore classer ce printemps parmi les plus secs. De toute façon, celui de 1893 avec 37,6 mm reste le plus sec, le printemps actuel totalisant jusqu’à présent 62,4 mm en 23 jours alors que les normales sont 187,8 mm en 49 jours.

    La température sera aussi remarquable. À ce jour, la température moyenne est de 12,2°C, soit 0,1°C de moins que le printemps le plus chaud qui date de 2007 (norm. : 10,1°C). Viennent ensuite les printemps 1993 et 2009 avec 11,2°C.

    Le printemps 2011 s’inscrit parmi les printemps les plus remarquables depuis que l’on fait des observations à Bruxelles-Uccle.

    sl_pri_2011.png

  • Le deuxième mois d’avril le plus chaud depuis 1833

    Ce mois d’avril va plus que probablement se situer en deuxième position des mois d’avril les plus chauds dans une série qui débute en 1833 à Bruxelles-Uccle. La température moyenne à ce jour (27/04/2011) est de 14,1°C et ne bougera plus beaucoup. Celle du mois d’avril 2007 était de 14,3°C. Les extrêmes moyens sont actuellement de 19 ,7°C et 8,4°C ; les normales (1981-2010) sont respectivement de 13,1°C et 5,0°C. En 2007, on avait comme valeurs correspondantes 20,5°C et 8,4°C. Si le minimum de cette année ne change pas, cette valeur partagera la première place avec 2007.

    L’insolation est proche de 213 h de Soleil. Cette valeur, déjà anormalement élevée, ne dépassera pas la valeur la plus élevée notée à Uccle depuis 1887 et relevée en 2007 avec 301 h.

    En avril 2007, mois de tous les records, les pluies avaient été nulles. Cette année, on a déjà enregistré 20,3 mm en 8 jours de pluie. Des précipitations sont prévues aujourd’hui et/ou demain. Ce qui fait que ce total, actuellement très anormalement déficitaire, pourrait se placer dans la fourchette des valeurs normales.

    C’est une prédominance de situations anticycloniques sur l’Europe qui est à l’origine du temps chaud, sec et ensoleillé que nous avons connu ce mois et qui le rend comparable à un mois de mai.

    Si cette situation fut agréable aux vacanciers, le revers de la médaille est la sécheresse qui pose des problèmes au niveau de la croissance de la végétation et qui fut la cause d’un grave incendie dans les Hautes Fagnes.

    pict_317126.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

    Photo : Lalibre

  • Quand on dit n'importe quoi à l'agence Belga

    Grâce à mon « collègue » David Dehenauw, on compare dans la presse Pâques qui tombe un 17 avril avec Pâques qui tombe le 24 avril ! Il améliore les choses avec une comparaison de ce qui se passe à Uccle avec ce que l’on observe à Kleine Brogel.

    Voici ce qui est paru dans un communiqué Belga :

     

    Le week-end pascal le plus chaud depuis 1949

    En 1949, le mercure avait atteint les 28°C
    Le record du week-end de Pâques le plus chaud n’a pas été battu en Belgique. « En 1949, nous avions enregistré plus de 28ºC à Pâques », confirme David Dehenauw de l’IRM. « Aujourd’hui/dimanche, la température n’était que de 23,8ºC à Uccle. »

    « En ce qui concerne le centre du pays, il s’agit du jour de Pâques le plus chaud depuis au moins 100 ans », analyse le météorologue Eddy De Mey. « Mais vu que Pâques est un jour de fête dont la date varie tous les ans, les comparaisons ne sont pas correctes. Il y a trois ans, il neigeait. Pâques tombait alors en mars et ce jour-là, il y avait 40 cm de neige en Ardenne. »

    La Campine a été dimanche, pour le troisième jour d’affilée, la région la plus chaude d’Europe. Sur la base aérienne de Kleine Brogel, dans le Limbourg, on a enregistré 27,8ºC, après des températures de 29,5ºC samedi et 28,6ºC vendredi. La journée de jeudi, avec ses 27,8º, avait déjà occupé la deuxième place sur le podium européen.

    Dimanche, cinq points officiels de mesure en Belgique figurent dans le top-15 européen.

    La Dernière Heure

    LaLibre

     

    Ou selon les médias qui diffudent le communiqué :

    Le record du week-end de Pâques le plus chaud n'a pas été battu en Belgique. "En 1949, nous avions enregistré plus de 28°C à Pâques", confirme David Dehenauw de l'IRM. "Aujourd'hui/dimanche, la température n'était que de 23,8°C à Uccle."

    La plus haute température a été enregistrée dimanche à Kleine Brogel, dans le Limbourg, où le mercure a grimpé jusqu'à 28,5°C. KWO/VAD/

    LaLibre

    Comment un scientifique peut-il faire une telle comparaison ? On ne peut comparer le temps de deux dates différentes même si ces deux dates s’appellent Pâques, fête mobile dans le calendrier chrétien. Ne perdons pas de vue que Pâques peut tomber entre le 22 mars et le 25 avril.

     

    Autant comparer Charles Rogier (premier ministre de 1847 à 1852) avec Yves Leterme premier ministre du 20 mars au 30 décembre 2008 et du 25 novembre 2008 - ???). Mais bon ce sont de premiers ministres !

    Si Belga se permet de telles assertions en climatologie (David Dehenauw n’est pas climatologue mais prévisionniste à l’IRM), que penser des assertions dans les autres domaines de l’actualité. Peuvent-ils impunément dire n’importe quoi ?

    Les valeurs ne sont en outre pas correctes  le 17 avril 1949, le maximum observé à Uccle était de 27,7°C. Ce 24 avril, le maximum enregistré à Uccle était de 25,6 °C.