GIEC

  • Prix Nobel de la paix attribué à Al Gore et le GIEC

    Le prix Nobel de la paix 2007 a été attribué  à Al Gore et au GIEC (groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat) pour leurs efforts de collecte et de diffusion des connaissances sur les changements climatiques provoqués par l'homme et pour avoir posé les fondements pour les mesures nécessaires à la lutte contre ces changements.

    Après Wangari Maathai en 2004, militante écologiste kenyane, fondatrice en 1977 du « Mouvement de la ceinture verte », principal projet de plantation d'arbres en Afrique qui vise à promouvoir la biodiversité, tout en créant des emplois pour les femmes et en valorisant leur image dans la société, c’est à nouveau des défenseurs de la Terre qui recoivent le prix Nobel de la Paix.

    C’est par son film « Une vérité qui dérange » qu’Al Gore fait passer le message que la Terre est en danger, problématique qui nous concerne tous et nécéssite une action concertée de tous les habitants de la planète.

    Le GIEC a pour mission d’évaluer, sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui nous sont nécessaires pour mieux comprendre les fondements scientifiques des risques liés au changement climatique d’origine humaine. Il a également pour but de cerner plus précisément les conséquences possibles de ce changement et envisager d’éventuelles stratégies d’adaptation et d’atténuation. Il n’a pas pour mandat d’entreprendre des travaux de recherche ni de suivre l’évolution des variables climatologiques ou d’autres paramètres pertinents. Ses évaluations sont principalement fondées sur les publications scientifiques et techniques dont la valeur scientifique est largement reconnue. Le GIEC a été créé en 1988, à la demande du G7, par deux organismes de l'ONU : l'Organisation météorologique mondiale (OMM) et le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE).

    Cette consécration va sans doute donner plus de poids aux conclusions du GIEC. Espérons ainsi que la planète pourra devenir le plus rapidement possible une planète propre.