IRM

  • Un nouveau site web pour l’IRM

    L’IRM a décidé de revoir le modèle de notre site web. Depuis la mise en place de notre site web, de nombreuses technologies et outils ont été développés pour présenter au public des sites web plus attrayants. L’IRM a suivi ce mouvement et inaugure un site qui devrait être plus convivial et plus agréable à consulter.

     

    La page d’accueil montre un en coup d’œil toutes les informations importantes :
    - les
    prévisions générales pour la Belgique (pour les prochaines heures ou pour les prochains jours) ;
    - les
    alertes météo éventuelles (classées par types de risque et par degré de dangerosité selon un système de couleur de vert à rouge). 

     

    Chaque jour, la rubrique « Le Climat » présente les valeurs moyennes de certains paramètres calculées jusqu’à la veille. Ces valeurs peuvent être facilement comparées aux valeurs mensuelles extrêmes enregistrées depuis le début de nos mesures.

     

    La rubrique « Produits & Services » s’adresse à tous : les particuliers et aussi plus spécifiquement aux différents groupes d’utilisateurs professionnels tels que les médias ou les entreprises de différents secteurs économiques…
    On peut y découvrir nos produits les plus populaires tels que l’imagerie radar ou satellite dans
    MyMeteo, le numéro d’appel 0900 ainsi que les services par sms, auxquels il est possible de s’abonner immédiatement en ligne.
    Autre rubrique qui devrait s’enrichir petit à petit de nouveautés, la rubrique «
    Instruisez-vous ». On y trouve entre autres les réponses aux questions les plus fréquemment posées à l’IRM. Depuis les explications sur la couleur du ciel jusqu’aux conversions des unités de mesure en passant par la description des procédures à suivre pour obtenir un renseignement d’ordre climatologique.. Le tout mis à la portée de tout un chacun.

     

    Un peu plus spécialisé mais accessible tout de même, la rubrique « La recherche » présente les différentes activités de recherche menées par les équipes de l’IRM. Certaines sont déjà bien connues d’autres méritaient de l’être plus.
    Enfin, pour qui souhaite être tenu au courant des actualités dans le monde de la météorologie, il est possible de s’abonner gratuitement à notre «
    newsletter ».
    On l’aura compris, le nouveau site web de l’IRM est un outil en ligne très riche de culture météo incontournable pour tous.

     

  • L’IRM à vendre !

    medium_batiment_irm_nord.jpg

    Voici une annonce qui est tombée sur les téléscripteurs de l’agence Belga :

    BRUXELLES 30/01 (BELGA) : L'Institut royal météorologique (IRM) fait partie des 52 immeubles qui seront vendus aux enchères dans le cadre du deuxième programme de ventes de bâtiments publics, "Fedimmo II", décidé vendredi par le gouvernement. C'est ce qu'annoncent mardi les journaux du groupe Sud Presse. L'objectif est de récolter au printemps un montant de quelque 250 millions d'euros. L'institut Pasteur, l'administration de l'aéronautique ou encore les Archives de l'État, figurent également sur la liste des ventes. Fin de l'année dernière, l'État s'était déjà allégé de 62 bâtiments via "Fedimmo I" qui ont rapporté 576 millions d'euros. (NLE)

    Est-ce une bonne idée ? Pour moi non.
    Le but de la vente est de boucher un trou dans les finances publiques. Cette opération va donc résoudre un problème cette année, mais in fine cette opération va être très onéreuse à longue échéance pour les finances de notre pays. En effet, l’IRM, à moins de devenir virtuel, devra continuer à occuper ses locaux. Cet usage deviendra une location qui devra être payée par les finances publiques c’est à dire nous. Au bout d’un certain temps, ce que l’état déboursera sera supérieur à ce qu’il aura gagné par cette vente, même en tenant compte des frais d’entretien des locaux de l’IRM ainsi que des autres bâtiments que notre ministre des finances aura vendus.
    De plus, comme l’IRM, l’Observatoire et l’Institut d’Aéronomie Spatiale (les trois instituts situés sur le plateau d’Uccle) ont des impératifs qui font que notre déménagement est difficile. Ce qui permettra au nouveau propriétaire un atout pour imposer un loyer inapproprié et certainement supérieur à sa juste valeur.
    En conclusion, l’État sera en fin de compte perdant et par voie de conséquence, nous, les contribuables.