astronomie

  • Association pour la Sauvegarde du Ciel Nocturne (ASCN)

    Association pour la Sauvegarde du Ciel Nocturne (ASCN) www.astrosurf.com/pollution

    Présentation de l’ASCN

    L’ASCN (Association pour la Sauvegarde du Ciel Nocturne www.astrosurf.com/pollution) est une nouvelle association regroupant des astronomes amateurs francophones, qu’ils fassent partie d’un club, d’une association ou agissent à titre particulier, en vue de lutter contre la pollution lumineuse en Belgique. Elle s’emploie à sensibiliser le grand public et les décideurs économiques et politiques à cette problématique en les informant de tous ses aspects, qu’ils soient astronomiques, environnementaux, humains, techniques ou énergétiques. Le but qu’elle s’est fixée est de convaincre les autorités et la population de l’intérêt qu’il existe à éclairer moins et mieux tout en économisant l’énergie, en préservant la vie nocturne et en n’occultant plus la vue du ciel et de notre univers.

    Son objectif n’est pas de supprimer l’éclairage mais le mauvais éclairage sans pour autant compromettre la sécurité des personnes. Il s’inscrit dans la philosophie de la déclaration de La Palma de 2007 ainsi que dans les principes énoncés dans le préambule de la Déclaration de l’Année Internationale de l’Astronomie 2009 à savoir : « Le ciel, notre héritage commun et universel, est une partie intégrale de l’environnement perçu par l’humanité. L’Homme a toujours observé le ciel pour l’interpréter ou pour comprendre les lois physiques qui gouvernent l’Univers. Cet intérêt pour l’astronomie a eu de profondes implications dans la science, la philosophie, la religion, la culture et notre conception générale de l’Univers. »

    « Le droit à un ciel nocturne non pollué permettant la contemplation du firmament devrait être considéré comme un droit inaliénable équivalent à tous les autres droits environnementaux, sociaux et culturels de l’humanité, en raison de son impact sur le développement de tous les peuples et sur la conservation de la biodiversité. »

    « Le ciel étoilé fait partie intégrante du patrimoine mondial à préserver » UNESCO, 1992

  • La « Nuit de l’Obscurité », c’est quoi ?

    La « Nuit de l’Obscurité », c’est quoi ?
    Site : http://www.iewonline.be/spip.php?article1449#quoi

    1db4b2f229fd520ebc04694e66cd5d23.jpgLe samedi 15 mars 2008, Inter-Environnement Wallonie et l’Association pour la Sauvegarde du Ciel Nocturne (ASCN) organiseront la première édition wallonne de la « Nuit de l’Obscurité ». Nos amis flamands, le Bond Beter Leefmilieu et la vzw Preventie Lichthinder, pour la 13ème année consécutive, organiseront également la « Nacht van de Duisternis », pour la partie flamande du pays. Ainsi, ce n’est pas moins d’une centaine de villes et communes belges qui participeront avec l’extinction de leur éclairage public (monuments et églises, voiries, parcs, ...).
    L’occasion aussi pour un nombre d’associations locales (naturalistes, clubs d’astronomie, maisons du tourisme, centres culturels, ...) d’organiser une activité nocturne (promenade dans l’obscurité, Histoires contées dans la nuit, découverte des animaux nocturnes, observation des étoiles, pique-nique nocturne, ...). Et, cerise sur le gâteau, s’organise au même moment la Journée Nationale de l’Astronomie, durant laquelle nombre de clubs d’astronomie et d’observatoire du Sud et du Nord du pays ouvriront leurs portes au public. Bref, que du plaisir nocturne en perspective le 15 mars 2008 !
    Concrètement, la soirée du 15 mars sera marquée par trois types d’activités visant à sensibiliser le grand public :
    - L’observation de la faune nocturne
    - L’observation des étoiles et la sensibilisation à la pollution lumineuse et ses impacts
    - L’extinction partielle de l’éclairage public
    2b39a425c9e62f753d6243e9fbd045a1.jpg

  • Saisons astronomiques vs saisons météorologiques

    Pour comprendre les saisons astronomiques, il faut imaginer deux plans : le premier est le plan dans lequel se déplace la Terre, c’est l’écliptique, le second est le prolongement de l’équateur dans l’espace. L’angle que fait ces deux plans est de 23°27’.

    Aux environs de 20 mars, le Soleil se trouve sur la droite d’intersection des deux plans. À cette date, c’est l’équinoxe de printemps et les nuits ont la même durée que les journées et ces dernières deviennent de plus en plus longues. À partir de ce moment-là, nous sommes au printemps. Le Soleil s’écarte de plus en plus au-dessus de l’équateur pour atteindre vers le 21 juin sa hauteur maximale ; on est alors au solstice d ‘été. Lorsqu’il atteint cette position, l’été commence. Dans notre pays, la nuit est très courte et la journée est la plus longue. À partir de ce moment là, la durée du jour diminuera jusqu’au solstice d’hiver, aux environs du 21 décembre. Entre temps le Soleil traverse à nouveau le plan de l’équateur. Cela se produit aux environs du 23 septembre : c’est l ‘équinoxe d’automne. Quand le Soleil se trouve le plus bas en dessous du plan de l’équateur céleste, le jour est les plus court et c’est le début de l’hiver.

    7c76a974ecd830f103af96e43a8f979a.jpgDu point de vue climatologique, on préfère travailler avec des mois calendrier. À part lors d’une année bissextile, toutes les saisons ont le même nombre de jours. L’été va correspondre aux trois mois les plus chauds qui sont dans l’hémisphère nord juin, juillet et août. L’hiver sera composé des trois mois les plus froids : décembre, janvier et février. Le printemps (mars, avril et mai) et l’automne (septembre, octobre et novembre) seront les saisons intermédiaires. Ces deux saisons correspondent bien à la transition de l’hiver à l’été pour le printemps et inversement pour l’automne.

  • La Lune disparaîtra samedi

    La Lune disparaîtra samedi

    Les astronomes attendent la nuit du samedi 3 au dimanche 4 avec impatience car la Lune va traverser le cône d’ombre de la Terre. Une particularité de cette éclipse totale qui survient dans des conditions astronomiques exceptionnellement favorables réside dans le fait qu’elle sera la seule visible en Belgique cette année.
    Mais la question qui se pose justement est de savoir si elle sera bien visible en Belgique ? Ce sont bien entendu les astronomes et amateurs de beau spectacle dans le ciel qui se la pose.
    Au vu de la situation atmosphérique prévue pour les prochains jours, la réponse n’est pas simple. Selon les cartes de Bracknell, une dépression sera située sur le nord de l’Allemagne. Le développement d’une zone de haute pression sur le centre de l’Allemagne devrait la repousser vers l’ouest. Tout sera une question d’heure ou de timing : à quelle vitesse cet anticyclone va-t-il se développer ? Telle est la grande question pour nos amateurs d’éclipse.
    Au fur à mesure du développement de cet anticyclone, la dépression va être repoussée vers l’ouest. C’est donc dans l’est de notre pays qu’il y aura le plus de chance de voir le ciel se dégager des nuages associés à la dépression. Mais dans le même temps que l’anticyclone repoussera les nuages vers l’ouest, les températures risqueront de chuter relativement fort avec, comme conséquence, l’apparition d’un risque de brouillard. C’est donc plus tard dans la soirée ou en cours de nuit que le centre du pays aura des chances, mais non une certitude, de pouvoir regarder ou observer ce phénomène astronomique qui ne peut malheureusement pas attendre.
    Dès lors, si vous tenez absolument à espérer voir l’éclipse de Lune avec un (faible) maximum de chance, n’hésitez pas à prendre la direction du centre de l’Allemagne. Si vous ne souhaitez pas entreprendre un tel déplacement, vous pouvez toujours vous contenter – avec une chance moindre – de gagner les hauteurs des Fagnes ou les environs de Spa avec l’espoir que le ciel se dégage ou soit dégagé au bon moment. Mais c’est sans garantie : désolé !