brouillard

  • Images remarquables

    Des trous dans le brouillard !

     

    img.php.pngLe 27 janvier, le brouillard a diminué la visibilité dans une très grande partie du pays (voir l’image satellite ci-dessous). Cette image de la Belgique ne montre pas l’extension maximale du brouillard dans la journée du 27 janvier. En vert, il y a les régions qui ont échappé à la chape du stratus et dans la masse blanche, il y a deux trous, l’un à hauteur de Bruxelles et l’autre à Anvers qui sont apparus vers 12 h et qui ont disparu vers 14 h 30.

    Les villes ont une fréquence de brouillard inférieure à la campagne avoisinante. La nature des sols et les évacuations rapides de l’eau des précipitations sont responsable d’un assèchement plus prononcé et plus rapide de l’air en milieu urbain. L’air y est donc plus sec.

     

    Dans le cas de ce mardi, l’apparition de ces trous dans le brouillard a une autre cause. Nous sommes en hiver et le matin, la température était négative sur tout le pays (voir graphiques des températures de quelques stations du réseau de mesure de l’IRM. Le chauffage urbain a pu démarrer une turbulence. Ces mouvements ont permis une dissipation locale du brouillard. La disparition du brouillard et l’augmentation de la température sont nettement visibles sur les graphiques d’Uccle et de Deurne alors que durant l’heure de midi, la température restait stable à Beauvechain, Gembloux et Zeebrugge par exemple.

    tt447_27012009.png
    tt450_27012009.png
    tt458_27012009.png
    ttgmb_27012009.png
    ttzee_270120099.png


    Les régions en altitude étaient aussi épargnées par le brouillard. Dès que le Soleil était suffisamment haut dans le ciel, son rayonnement à permis à la température d’augmenter. Et on peut voir l’évolution toute différente de la température à Saint-Hubert. À 13 h, on y avait 0°C soit 3°C de plus qu’au lever du Soleil alors que les autres stations , restées dans le brouillard, n’avaient pratiquement pas d’élévation de la température au milieu de la journée.

    Ce brouillard quasi généralisé a permis de voir, via les images satellites et les graphes de la température, des comportements différents selon que l’on soit dans un milieu urbain ou rural, ou que l’on se trouve en basse ou en haute Belgique.

    ttshu_270120099.png

  • Aujourd’hui, nous sommes le 9 brumaire CCXVII

    J’ai toujours aimé les noms des mois du calendrier républicain français. Ils caractérisent bien la saison. Les trois mois de l’automne sont Vendémiaire, Brumaire et Frimaire. Depuis le 22 octobre et jusqu’au 20 novembre, nous serions dans le mois « Brumaire ». Il tirerait son nom « des brouillards et des brumes basses qui sont (...) la transudation de la nature d'octobre en novembre ».

    Vous aller me rétorquer que le brouillard n’est pas propre à ce moment précis de l’année et qu’on peut l’observer tous les mois de l’année. En effet mais les conditions météorologiques et le lever tôt du Soleil le matin font que l’on n’observe pas ou peu de brouillard au cours de la saison chaude. On l’a bien remarqué cette année. On a au cours de l’automne un refroidissement progressif ou brutal. L’air chaud peut contenir beaucoup plus de vapeur d’eau que l’air froid. La longueur de la nuit croît au cours de l’été et l’automne mais depuis le 22 septembre la nuit dure plus longtemps que le jour. Cela va permettre une augmentation des situations où le brouillard peut se former au petit matin grâce au refroidissement important le matin.

    Cette période correspond donc bien à des situations plus brumeuses ou brouillardeuses que les mois qui précèdent.

    Ce mois a donné son nom au coup d'État, intervenu le 18 brumaire an VIII (le 9 novembre 1799), qui porta le général Napoléon Bonaparte au pouvoir en France. On parle dans ce cas du 18-Brumaire (nom propre, avec trait d'union et majuscule à la deuxième partie du nom), mais également de Brumaire (là aussi avec une majuscule, pour distinguer du nom du mois en général). (Souce Wikipédia).

  • Beau temps Pollution : complément d’info

    Nous nous trouvons dans un exemple bien évident d’inversion thermique. Après le WE chaud que l’on a connu,  nous avons changé de masse d’air. De continental, elle a acquis une origine polaire. De ce fait, venant du nord, elle passe au dessus de la Mer du Nord. L’air se charge d’humidité provoquant du brouillard ou un stratus bas dans le pays, ce brouillard et/ou stratus se sont dissipés dans les régions en altitude alors qu’il restait  accroché à l’inversion dans las autres régions. Ainsi ce 14 février, la température n’a pratiquement pas varié à Uccle avec un minimum de 0,7°C et un maximum de 0,9°C En revanche, la température est montée à 7,5°C à Elsenborn et 8,2°C à Saint-Hubert, ces stations ont bénéficié d’un bon ensoleillement qui a permis à l’air au sol de se réchauffer alors que ce n’était pas le cas ailleurs.

  • Le brouillard

    medium_ScreenShot029.jpg Les semaines passées, les aéroports de Londres et de Charleroi ont été paralysés suite à la présence d’un brouillard très épais et tenace. De même, sa présence dans notre pays a été à l’origine d’accidents en chaîne. Mais qu’est-ce le brouillard ?

    La notion de brouillard s'applique chaque fois que la visibilité est inférieure à 1.000 m. Lorsque la visibilité est médiocre, comprise entre 1.000 m et 5000 m, on parle alors de brume. Généralement la diminution de la visibilité se produit lorsque l'air est saturé en vapeur d'eau. Mais des averses intenses de pluie ou de neige peuvent également réduire de façon très marquante la visibilité. C'est le refroidissement de l'air qui est à l'origine de la formation du brouillard. Plusieurs situations météorologiques peuvent conduire à cette réduction de visibilité.

    Lire la suite