copenhague

  • 12 jours pour le climat

    À l’occasion du sommet de Copenhague, on entend pas mal d’expressions erronées comme « une réunion pour lutter contre le changement de climat ». Le climat est une interaction complexe entre la source d’énergie sur la Terre (le Soleil) et la planète Terre composée de continents, d’océans et pourvue d’une atmosphère. Si le climat change, c’est que quelque chose a changé dans l’équilibre des ces différentes interactions.

    « L’homme est l’animal le plus sale de la terre ». En effet, il salit l’eau (rivières et océans), les sol et sous-sol et l’atmosphère. En plus des conséquences néfastes sur notre santé, la faune et la flore, on observe des retentissements sur le climat par un changement dans les quantités de gaz à effet de serre dans notre atmosphère. Cette modification perturbe l’équilibre des échanges énergétiques au niveau de l’atmosphère. L’augmentation de certains gaz comme le CO2, le méthane, le protoxyde d’azote, … a modifié le bilan au niveau des infrarouges qui sont émis par le sol et qui sont piégés par ces gaz : ce qui provoque une élévation de la température.

    Le but de la réunion de Copenhague est d’arriver à limiter le réchauffement de la Terre à un maximum de 2°C. Cela doit passer par une limitation drastique de notre pollution de l’air. Les gaz à effet de serre ont une durée de vie relativement longue dans l’atmosphère notamment 50 à 120 ans pour le CO2. Il en résulte que même une nette diminution de l’émission de ce gaz dans l’atmosphère n’aura d’effet qu’au plus tôt dans cinquante ans ! Il est donc urgent d’agir et d’agir fort.

    Pourquoi une limitation à un réchauffement de 2°C ?

    Les dernières études des scientifiques compilées et synthétisées par le GIEC montrent qu’une augmentation de plus de 2°C en moyenne sur toute la Terre aura des conséquences majeures pour notre planète. Sur le site http://www.agirpourlaplanete.com/ vous trouverez les raisons pour lesquelles on doit faire en sorte que le réchauffement de la Terre ne dépasse pas les 2°C.

    Personnellement je ne suis pas très optimiste quant aux résultats de cette réunion mondiale. Quand on voit qu’en de nombreux endroits, il est difficile de s’entendre à 2, comment rallier 192 pays à une position commune qui soit suivie d’effets rapides ? Je ne vois pas tous les pays et les ONG arriver à contrer les puissances économiques qui dirigent vraiment le monde. Et pourtant il faudrait y arriver. Le point le plus positif à l’heure actuelle est la présence d’Obama à ce sommet.