désertificarion

  • Images remarquables

    La Mer d'Aral, 2000-2008, un désastre écologique

    a5d360bce09cc74a832ea584622449cf.jpg

    Source NASA

    À l'époque soviétique, un plan, ayant pour but de transformer les plaines arides du Kazakhstan, de l'Ouzbékistan et le Turkménistan en terres agricoles fertiles, a abouti au détournement de la quasi-totalité de l'eau qui alimentait la mer d'Aral.  Avant ce programme, deux cours d'eau, l’Amudar'ya dans le sud et le Syrdar'ya dans le nord, venaient des montagnes lointaines et mettaient leurs eaux en commun dans le bassin désertique de la mer d’ARAL dans ce qui est maintenant le sud du Kazakhstan et le nord de l'Ouzbékistan. Le projet d'irrigation a débuté dans les années 1950, et en 1960, la mer avait déjà commencé à sécher.

    L'image satellite encouleur naturelle montre la mer d'Aral, le 16 août 2008. Les lignes de contour de couleur montrent approximativement les limites des rives de la mer depuis l'an 2000. L'image provient de l'instrument MODIS (Moderate Resolution Imaging Spectroradiometer) embarquésur le satellite de la NASA Aqua. Les lignes de contour sont fondées sur des données MODIS des satellites Aqua et Terra. L'image montre l'état d'avancement d'un plan de réhabilitation pour stabiliser la mer d'Aral du Nord et réduire le déclin continu de la mer d'Aral du Sud. Les eaux profondes et claires sont en bleu foncéet les  eaux peu profondes sont verdâtres.

    Un barrage sépare le nord et le sud de la mer, ce qui permet à l'écoulement du Syrdar'ya de recharger la partie nord de la mer d'Aral. Pendant ce temps, la partie méridionale de la mer d'Aral continue à se dessécher. Ce lac méridional s’est scindé en deux lobes, un occidental et un oriental. Le basin de l'Est s’assèche plus rapidement. Les bords du lac de couleur claire sont de sédiments salés qui sont formés  par des tempêtes de poussière. Les sédiments lacustres contiennent également des résidus de produits chimiques agricoles et d'autres polluants, qui sont à la base de nombreux problèmes de santé publique.

    L’assèchement du lac a profondément modifié le climat régional. Auparavant, le grand lac a contribué à stabiliser cette zone de climat continental, climat qui montre de grandes variations saisonnières des températures. Par comparaison avec des endroits de même latitude, les régions soumises à des climats continentaux ont des étés plus chauds et des hivers plus froids, ils sont également plus secs. Avec la disparition de la mer d’Aral, les étés sont devenus encore plus chauds, les hivers sont beaucoup plus froids et en outre le climat est devenu extrêmement sec.