monoxyde de carbone

  • Le monoxyde de carbone sur l'ouest de la Russie

     

     

     


    russia_tmo_2010212.png

    Image acquise entre le 1er et le 8 août 2010

    Les moscovites ont été étouffés sous une épaisse chape de fumée au cours de la première décade du mois d'août 2010, mais, en outre, les concentrations d'un gaz incolore, inodore ont grimpé à des niveaux dangereux. Le monoxyde de carbone, qui est un produit du feu et un composant de la fumée, est un des polluants que les incendies de forêt rejettent sur une grande partie de la Russie occidentale. Cette image, faite à partir de l’instrument de mesures de pollution dans la troposphère (Measurements of Pollution in the Troposphere MOPITT) embarqué à bord du satellite Terra de la NASA, montre la répartition du monoxyde de carbone sur l'ouest de la Russie entre le 1er août et le 8 août 2010.

    Les plus hauts niveaux de monoxyde de carbone sont indiqués en rouge, tandis que des niveaux inférieurs sont de couleur jaune et orange. Les zones où le capteur n'a pas recueilli de données au cours de la période, probablement suite à la présence de nuages, sont en gris. L’ouest de la Russie, notamment Moscou, est compris dans un vaste domaine où la concentration de monoxyde de carbone est élevée.

    MOPITT réalise des mesures dans l'atmosphère entre deux et huit kilomètres de la surface de la Terre. L'image montre le résultat de ces mesures intégrées entre ces niveaux et non pas les concentrations de monoxyde de carbone près du sol. Toutefois, les mesures au sol du monoxyde de carbone au cours de cette période ont atteint un niveau plus de six fois supérieur aux niveaux acceptables à Moscou, selon des informations récentes.

    Le monoxyde de carbone est un produit dangereux du feu. Il peut rester dans l'atmosphère pendant des semaines après avoir été émis et peut donc voyager sur de longues distances à partir du foyer qui l'a émis. Quand il est près du sol où les gens peuvent le respirer, il présente un risque pour la santé. Il se fixe sur les globules rouges plus facilement que l'oxygène et donc limite  la quantité de sang oxygéné charrié à travers le corps. Cela provoque une série des maux de tête, des nausées, des étourdissements, des problèmes cardio-vasculaires et de la confusion. Cela entraîne également un certain nombre des problèmes respiratoires. Le monoxyde de carbone est également un composant qui favorise la production de l'ozone troposphérique.

    Source NASA