nuages

  • Images remarquables

    Les rues de nuages et les tourbillons von Karman au- dessus de la mer du Groenland

    JanMayen_AMO_2009055.jpgLe 24 Février 2009, des vents froids du nord (peut-être des vents catabatiques du Groenland) ont rencontré de l'air humide sur la mer du Groenland, et leur rencontre a généré des dizaines de rangées parallèles de nuages, qu'on appelle communément des «rues de nuages», dans le ciel autour de l'île de Jan Mayen.

    L'île a ajouté sa propre influence à la météo, en créant un obstacle aux vents dominants. Comme l'eau qui coule autour d'un rocher dans un ruisseau, les vents divergent sur le côté nord de l'île et convergent sur le côté sud. Ces mouvements en spirale du vent derrière l’île de Jan Mayen sont connus sous le nom de tourbillons von Karman.

    En haut à gauche de l'image, un petit morceau de la côte recouverte de neige du Groenland est visible et une mosaïque de la glace de mer longe la rive. Près du littoral, les écoulements de glace sont grands et leurs formes sont irrégulières.

    Cette image a été capturée par le MODIS (Moderate Resolution Imaging Spectroradiometer) embarqué sur le satellite Aqua de la NASA à 12h40 UTC (1h40 heure locale, de Jan Mayen) le 24 février 2009.

    Source NASA

  • Ondes de nuages inhabituelles sur la mer d'Aral

    AralSea_AMO_2009071.jpg

    Des lignes de nuages s'étalent le long de la côte de la mer d'Aral. Cette photo est une image capturée le 12 mars 2009 par le MODIS (Moderate Resolution Imaging Spectroradiometer) de la NASA embarqué sur le satellite Aqua. Bien que cette structure de nuages ne soit pas inhabituelle, cette formation au-dessus de la mer d'Aral est très rare. Les nuages suivent exactement la forme de la côte ouest.

    Les ondes de nuages se forment généralement lorsque des montagnes, des îles ou une autre masse d'air forcent la masse d'air à s’élever. L'air se refroidit en montant, et s’il y a de l'humidité dans l'air, l'eau se condense en formant des nuages. Une fois que l’air a passé l’obstacle, elle redescend. En se réchauffant, le nuage se dissipe. Comme les rides sur un étang, la vague continue son mouvement. L'air monte et descend alternativement jusqu'à ce que l’onde se dissipe. Le résultat est une ligne de nuages marquant la crête de la vague, séparés par des zones claires dans le creux de l’onde.

    Dans ce cas, la rive occidentale de la mer d'Aral a clairement créé l’onde. Mais quelle est la cause de cette perturbation? Il y a plusieurs possibilités. Tout d'abord, les ondes peuvent être causées par un changement de la vitesse du vent lorsque l'air se déplace au-dessus de la mer. L'air se déplace lentement sur terre, la masse d’air est ralentie par les plantes et/ou les changements d'altitude ou pour d’autres raisons. L’absence d’obstacles sur la mer permet à l'air près de la surface d’avancer plus rapidement. L'air en altitude, en revanche, a continué à se déplacer à un rythme constant. C’est comme un jogger qui arrive subitement sur une plaque de glace, ses pieds vont avoir tendance à avancer plus vite que la tête et provoquer sa chute. Dans ce cas-ci, les masses d’air ont le même comportement. La couche inférieure de l'air se déplace plus rapidement que l'air au-dessus de lui, ce qui engendre un mouvement vertical. Ce mouvement peut créer une onde qui a généré ces nuages.

    Une autre possibilité est que la côte est surélevée au-dessus de l'eau. La mer d'Aral n'a cessé de voir diminuer son niveau. Ce qui reste est la partie la plus profonde de l’ancienne mer. Il est possible que la rive occidentale soit devenue une falaise et ce changement d'altitude serait la cause des modifications de l’altitude de la masse d’air, créant ainsi une onde.

    Ces deux hypothèses, la vitesse de l'air et la topographie du rivage, peuvent agir ensemble pour influencer la forme des nuages. Indépendamment de la façon dont ils ont été formés, le résultat est une très belle image de bancs de nuages sur les eaux émeraude de la mer d'Aral.

    Merci à Gala et Tom Arnold Vent pour l'interprétation des images.

    Source NASA