ouragan

  • Conséquences du passage d’Irma dans les eaux océaniques

    L’ouragan Irma n'a pas juste eu un impact sur les terres. Comme on le voit dans ces images avant et après de vraies images capturées par l'instrument VIIRS sur le satellite NPP de la NOAA / NASA, le 7 septembre 2017 (au-dessus) et septembre 11 (en bas), la tempête a modifié la distribution du sable autour de la côte de Floride. La couleur bleu clair montre les sédiments suspendus dans l'eau, frappé par l'intensité de l’ouragan. Selon le Florida Keys National Marine Sanctuary, les dommages aux ressources naturelles de la région pourraient être importants.

    ouragan,omm

     

    Bien que les images en couleur vraie comme celle-ci semblent être des photos de la terre, elles ne le sont pas. Elles sont créées en combinant les données des trois canaux de couleur sur l'instrument VIIRS sensible aux longueurs d'onde rouge, verte et bleue (ou rvb) de la lumière en une seule image composite. En outre, les données provenant de plusieurs autres canaux sont souvent incluses pour annuler ou corriger les interférences atmosphériques qui peuvent brouiller certaines parties de l'image.

     Source NOAA Satellite and Information Service.

    Pour voir d'autres images satellite d'Irma, visitez la galerie d'images ici : https://www.nesdis.noaa.gov/content/multimedia

  • Un ouragan en janvier

    Du 13 au 15 janvier 2016, l’ouragan – Alex - s’est développé au cœur de l’Atlantique Nord. Fait extrêmement rare en janvier ; le précédent cas a été observé du 1 au 6 janvier 1938 ! Alex est né d’une dépression à l’ouest de Canaries.

    Lire la suite

  • UNE FAIBLE SAISON CYCLONIQUE SUR L'ATLANTIQUE

     

    Tandis que dans le Pacifique Ouest, le typhon Haiyan est l'un des plus puissants jamais observés, la saison cyclonique va s'avérer peu active sur l'Atlantique. Alors que la fin novembre –date officielle de fin de la saison – vient de passer, il n'y a eu que deux cyclones, tous deux en septembre (la moyenne est proche de six).Et en termes d'énergie cyclonique totale, paramètre calculé en tenant compte de la force et de la durée des tempêtes tropicales et cyclones, 2013 est pour l'instant à 70% en dessous de la moyenne 1981-2010.

    www.nhc.noaa.gov/text/MIATWSAT.shtml

  • L’ouragan Isaac dans l’œil micro-miniature de Proba-2

     Proba-2, réalisé et contrôlé en Belgique pour l’ESA, est surtout un micro-observatoire du Soleil et de “météo de l’espace”. C’est aussi un satellite technologique qui sert à tester des innovations. Comme cette caméra qui n’est guère plus qu’une tasse pour expresso. Elle a pris cette image d’Isaac, un ouragan en devenir alors qu’il se déplaçait de l’Ouest de la Floride vers le Golfe du Mexique.

    Lire la suite

  • Une année pauvre en ouragans !

    Correctif

    Eh oui, la nature est comme cela : quand on pense que c'est fini, il y en a encore. Un nouvel ouragan s'est dévloppé le 4 novembre.

    Cette saison d’ouragans dans le bassin de l’Océan Atlantique est probablement terminée. Elle se solde par un bilan spécialement bas du nombre d’ouragans. Au total, on a dénombré 2 3 ouragans et 8 tempêtes tropicales. Ce nombre de 2 3 est le second plus bas de la série qui commence en 1931 et la première place est partagée avec 2 années : 1931 et 1982.

    Le nombre d’ouragans cumulé au nombre de tempêtes est cependant normal sur cette même période : 10 11 phénomènes pour une moyenne de 11,3. 1983 est l’année où ce nombre fut le plus bas avec 4 phénomènes (une tempête et 3 ouragans). De l’autre coté des extrêmes, on trouve en tête l’année 2005 avec un total de 26 phénomènes : 14 ouragans et 12 tempêtes.

    Si la série du nombre d’ouragans est stable sur la période de 1931 à nos jours, celle du cumul d’ouragans et de tempêtes a marqué une augmentation significative depuis 1994. La moyenne est passée de 9,7 entre 1931 et 1993 à 13,8 entre 1994 et 2009, ce qui est assez remarquable.

    Plusieurs facteurs doivent jouer dans la variabilité du nombre d’événements tropicaux : le phénomène El Niño en est un démontré. Il s’agit d’un réchauffement plus ou moins important de la partie équatoriale du bassin oriental de l’océan Pacifique. Quand El Niño apparaît, les zones de hautes et basses pressions proches de l’équateur se décalent et dès lors la formation de dépressions qui peuvent engendrer des tempêtes ou des ouragans est atténuée par la présence plus fréquente de hautes pressions sur les Antilles.

    La saison est encore active pour les bassins oriental et occidental du Pacifique. Dans les autres bassins, la saison des ouragans est terminée. Dans le Pacifique sud, on a eu 8 tempêtes tropicales et un cyclone entre janvier et avril ; dans le bassin nord de l’océan Indien, on a eu 2 tempêtes et 1 cyclone entre avril et septembre et dans le bassin sud du même océan, on a compté 9 tempêtes et 5 cyclones. Les deux zones encore actives ont dénombré respectivement 14 tempêtes et 8 cyclones pour le bassin est, et 15 tempêtes et 12 typhons pour le bassin ouest. Sauf pour le bassin nord de l’océan indien qui est particulièrement bas en nombre d’événements, les autres fréquences sont dans les normes.

    ouragan2009s.png

    ouragan&tempetes.png