précipitations

  • Début de mai 2012

     

     

    Pour beaucoup d’entre nous, le début de ce mois de mai fut froid. Cette sensation est due à quelques jours où notre temps fut influencé par des courants polaires du premier au 6 et les 14 et 15 mai. Les autres jours ont connu des températures proches de la normale, voire même supérieures à la norme. La température moyenne des températures maximales sur la période 1981-2010 est de 18,9°C alors que cette année, elle est de 17,9°C, valeur déjà observée en 1982. Les années 1985, 1983, 1984,  1987, 2010, 1991  et 1996 furent plus froides que 2012. La plus froide fut 1996 avec une température moyenne des 20 premiers jours du mois de 13,8 °C, cette valeur fut également la moyenne de tout le mois de mai 1984 !

     

    Comme quoi, l’impression subjective est loin des valeurs statistiques et cela d’autant plus qu’on voudrait (veut) des journées plus chaudes et ensoleillées.

     

    En fait, l’impression de mauvais temps vient plus du déficit de l’ensoleillement et de la fréquence des précipitations. On a eu droit à 13 jours de pluie pour un total de 62,6 mm soit un peu plus de ce que l’on peut attendre au début du mois de mai (41,1 mm). Pour mémoire, en 1978, on eut presque le double de cette année (119,2 mm pour être précis). Le manque de Soleil a également été net dès le début du mois. On a enregistré à ce jour 82,7 h de Soleil, alors qu’au cours des deux premières décades, on aurait dû avoir 118,1 h. Cette valeur est cependant nettement supérieure à l’ensoleillement des deux premières décades de 1996 au cours desquelles on n’a eu droit qu’à 42,6 h de Soleil.

     

    Finalement, si ce début du mois de mai ne correspond pas à l’idée d’un « joli mois de mai »,  on a déjà connu pire et il n’y a pas si longtemps que cela puisque 2010, 2007 et 1996 furent respectivement plus froid, plus pluvieux et plus sombre … Mais c’est oublié les Saints de Glace !!

     

     

    Climat, température moyenne, précipitations, insolation

     

  • Le premier trimestre 2012

     

    Ce début d’année est marqué par une domination de zones de haute pression. En effet, depuis le premier janvier jusqu’au 31 mars, la pression moyenne n’a jamais été aussi élevée depuis le début des observations de la pression à Bruxelles-Uccle en 1833. La valeur moyenne de cette période est de 1025,8 hPa. Le précédent record date de 1882 avec une valeur de 1024,8 hPa.

    Le mois de janvier a connu une pluviosité relativement normale avec 86 ,4 mm de précipitations (norm. : 76 ,1 mm). En revanche, et en bonne concordance avec ces hautes pressions observées en février et mars, on a un net déficit pluviométrique du total de ces deux mois. Le cumul de l’eau recueillie est de 62,9 mm contre une normale de 133,1 mm. Le déficit le plus important  s’est produit en 1929 avec seulement 26,1 mm.

    Avec les valeurs actuellement observées, on a des données relativement analogues avec ce que l’on a observé en 2011.

    Année

    Janvier

    Février

    Mars

    2011

    90.5

    44.0

    22.4

    2012

    86.4

    30.0

    32.9

    Si, en 2011, le déficit des précipitations s’est prolongé en avril et en mai, rien ne permet de penser que l’on aura le même scénario en 2012. En 2003, le total des pluies de ces deux mois était de 63 ,7 mm mais les pluies ont repris un rythme plus normal en avril et mai.

    La température moyenne avec 5,0°C est proche de la normale (4,6°C).  Mais sa variabilité au cours des trois mois a été assez importante avec un début de mois de février froid  (-6,2°C pour une première décade (norm. : 3,9°C) et une dernière décade de mars approchant les 12,0°C (valeur extrapolée avec les prévisions).

    Le Soleil s’est montré généreux au cours de ce trimestre. On a enregistré plus de 310 h de soleil cette année alors que la moyenne des trois premiers mois donne 249,1 h de Soleil. On retrouve dans le même ordre de grandeur qu’au début de l’année 2011 où la durée d’insolation à été de 311,3 h.

    Comme on peut le voir dans le tableau suivant, on a des valeurs des années 2011 et 2012 très proches les unes des autres. Malheureusement, cela ne permet pas de présager du futur.

    Année

    Température

    Précipitations

    Insolation

    2011

    5,7°C

    156,9 mm

    311,3

    2012

    4,9°C

    149,3 mm

    310,3

     

  • Retour à la normale !

     

     

    Le début de l'hiver (et même pratiquement la première moitié de la saison) a été particulièrement chaud. Du premier décembre au 10 janvier, la température moyenne a été de 6,6°C soit un excès de 2,8°C par rapport à la moyenne calculée entre 1981 et 2010.

     

    Cette valeur est juste en-dessous de la valeur la plus élevée observée entre 1901 et 2011. Assez curieusement le record est partagé entre 5 années : 1916, 1935, 1975,1989 et 2007. Au cours de ces années, la moyenne des températures entre le 1/12 et le 10/1 a été de 6,7°C.

     

    Au cours de la même période, on a relevé au pluviomètre 201,0 mm alors que la normale est de 108,4 mm. Le total des précipitations de cette année est le deuxième le plus élevé depuis 1901, le record date de 1994 avec 203,3 mm.

     

    En revanche la durée d’ensoleillement est tout à fait normale avec 58,8 h de Soleil contre une normale de 61,4 h.

     

    La deuxième décade de janvier est revenue vers des valeurs plus conformes aux normales saisonnières avec respectivement  4,2°C (norm. : 3,6°C), 20,9 mm (norm. : 21,6 mm) et 28,7 h (norm. : 20,7 h).

     

    Les trois graphiques suivants montrent l’évolution journalière des températures, des précipitations et de l’insolation au cours de cette première moitié d’hiver.

    tt1211-0112.png

    température moyenne,précipitations,insolation

    température moyenne,précipitations,insolation

     

    NB Les normales dans les graphiques correspondent à la saison complète (du 1/12 au 29/02)

     


     

  • Record d’insolation battu ce printemps 2011

     

    Ce printemps météorologique (mars, avril et mai) est remarquablement ensoleillé. Avec les heures d’insolation d’hier (24/5), on vient de dépasser le printemps le plus ensoleillé depuis que l’on fait des observations héliographiques à Uccle, début qui date de 1887.

    Jusqu’au 24 mai, nous totalisions 655 h 55 min de soleil. Cette valeur dépasse les 651 h 48 min du printemps 1893. La deuxième place était occupée par l’année 1990 avec 644 h 13 min de soleil. On ne peut encore rien présager de l’été à venir. La seule observation des étés consécutifs à ces deux printemps ensoleillés (1893 et 1990) nous donne des étés normalement ensoleillés avec comme bonus un léger excès par rapport à la normale. L’été 1893 avait enregistré 614 h 54 et celui de 1990, 634 h 55 de Soleil, la normale 1981-2010 étant de 578 h 20.

    Ces printemps contrastent de façon notable en regard des printemps les plus déficitaires : 1983 avec 276 h 52 et 1891 avec 330 h de Soleil.

    Cet ensoleillement généreux du printemps 2011 est logique avec le déficit de précipitations que nous vivons à l’heure actuelle. On ne peut encore classer ce printemps parmi les plus secs. De toute façon, celui de 1893 avec 37,6 mm reste le plus sec, le printemps actuel totalisant jusqu’à présent 62,4 mm en 23 jours alors que les normales sont 187,8 mm en 49 jours.

    La température sera aussi remarquable. À ce jour, la température moyenne est de 12,2°C, soit 0,1°C de moins que le printemps le plus chaud qui date de 2007 (norm. : 10,1°C). Viennent ensuite les printemps 1993 et 2009 avec 11,2°C.

    Le printemps 2011 s’inscrit parmi les printemps les plus remarquables depuis que l’on fait des observations à Bruxelles-Uccle.

    sl_pri_2011.png

  • Le deuxième mois d’avril le plus chaud depuis 1833

    Ce mois d’avril va plus que probablement se situer en deuxième position des mois d’avril les plus chauds dans une série qui débute en 1833 à Bruxelles-Uccle. La température moyenne à ce jour (27/04/2011) est de 14,1°C et ne bougera plus beaucoup. Celle du mois d’avril 2007 était de 14,3°C. Les extrêmes moyens sont actuellement de 19 ,7°C et 8,4°C ; les normales (1981-2010) sont respectivement de 13,1°C et 5,0°C. En 2007, on avait comme valeurs correspondantes 20,5°C et 8,4°C. Si le minimum de cette année ne change pas, cette valeur partagera la première place avec 2007.

    L’insolation est proche de 213 h de Soleil. Cette valeur, déjà anormalement élevée, ne dépassera pas la valeur la plus élevée notée à Uccle depuis 1887 et relevée en 2007 avec 301 h.

    En avril 2007, mois de tous les records, les pluies avaient été nulles. Cette année, on a déjà enregistré 20,3 mm en 8 jours de pluie. Des précipitations sont prévues aujourd’hui et/ou demain. Ce qui fait que ce total, actuellement très anormalement déficitaire, pourrait se placer dans la fourchette des valeurs normales.

    C’est une prédominance de situations anticycloniques sur l’Europe qui est à l’origine du temps chaud, sec et ensoleillé que nous avons connu ce mois et qui le rend comparable à un mois de mai.

    Si cette situation fut agréable aux vacanciers, le revers de la médaille est la sécheresse qui pose des problèmes au niveau de la croissance de la végétation et qui fut la cause d’un grave incendie dans les Hautes Fagnes.

    pict_317126.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

    Photo : Lalibre