prévisions à long terme

  • Tempête ? Willy Borsus veut savoir

    Ce lundi 8 octobre, Vers l’Avenir a fait paraître un article intitulé « Tempête ? Willy Borsus veut savoir ». Le journaliste fait écho d’une information publiée dans le journal agricole Pleinchamps informant qu’un astrophysicien, Pier Corbijn, annonçait sur son site qu’une tempête atteindrait notre pays du 12 au 16 octobre et au pire du 26 au 31 de ce mois ( http://www.weatheraction.com : ne cherchez pas, l’info est payante). Il se base sur des effets magnétiques sur l’influence lunaire pour faire des prévisions météorologiques. Personnellement je ne crois pas à ce type de prévisions, mais je tiens compte qu’une tempête est déjà possible à cette période.
    C’est vrai que septembre – octobre marque le début de la saison des tempêtes en Belgique. Cette saison se termine en mai, ce qui n’exclut pas de subir de temps en temps une tempête en été. Pour rappel, un climatologue parle de tempête lorsque les rafales de vent dépassent les 100 km/h. Dans le pays, on observe en moyenne 2 ou 3 tempêtes par an, cette fréquence augmente à 4 ou 5 au Littoral. La plus forte tempête s’est produite le 25 janvier 1999 et les rafales ont atteint 168 km/h à Beauvechain. Cette année-là on a subi une série de 9 tempêtes entre le 25 janvier et le premier mars.
    La réaction de monsieur Borsus est donc légitime mais il n’y donc pas de quoi s’inquiéter d’une telle annonce pour notre pays. Néanmoins on doit tenir compte, au moment où les prévisions à court terme l’annoncent, que dès que les vents dépassent les 80 km/h, on peut déjà observer des dégâts. La prévention ne consiste pas à agir un peu avant le phénomène, en général c’est trop tard. Elle consiste à construire des bâtiments, des palissades, des murs, des panneaux ou tout autre objet en tenant compte que les vents peuvent être violents dans notre pays. Il faut également surveiller l’état de santé des arbres et faire le nécessaire en temps voulu pour qu’une tempête ou un orage ne provoque leur chute.