printemps

  • Record d’insolation battu ce printemps 2011

     

    Ce printemps météorologique (mars, avril et mai) est remarquablement ensoleillé. Avec les heures d’insolation d’hier (24/5), on vient de dépasser le printemps le plus ensoleillé depuis que l’on fait des observations héliographiques à Uccle, début qui date de 1887.

    Jusqu’au 24 mai, nous totalisions 655 h 55 min de soleil. Cette valeur dépasse les 651 h 48 min du printemps 1893. La deuxième place était occupée par l’année 1990 avec 644 h 13 min de soleil. On ne peut encore rien présager de l’été à venir. La seule observation des étés consécutifs à ces deux printemps ensoleillés (1893 et 1990) nous donne des étés normalement ensoleillés avec comme bonus un léger excès par rapport à la normale. L’été 1893 avait enregistré 614 h 54 et celui de 1990, 634 h 55 de Soleil, la normale 1981-2010 étant de 578 h 20.

    Ces printemps contrastent de façon notable en regard des printemps les plus déficitaires : 1983 avec 276 h 52 et 1891 avec 330 h de Soleil.

    Cet ensoleillement généreux du printemps 2011 est logique avec le déficit de précipitations que nous vivons à l’heure actuelle. On ne peut encore classer ce printemps parmi les plus secs. De toute façon, celui de 1893 avec 37,6 mm reste le plus sec, le printemps actuel totalisant jusqu’à présent 62,4 mm en 23 jours alors que les normales sont 187,8 mm en 49 jours.

    La température sera aussi remarquable. À ce jour, la température moyenne est de 12,2°C, soit 0,1°C de moins que le printemps le plus chaud qui date de 2007 (norm. : 10,1°C). Viennent ensuite les printemps 1993 et 2009 avec 11,2°C.

    Le printemps 2011 s’inscrit parmi les printemps les plus remarquables depuis que l’on fait des observations à Bruxelles-Uccle.

    sl_pri_2011.png

  • Floréal

    180px-Floreal2.jpgDepuis le 20 avril et jusqu’au 19 mai, c’est le mois floréal dans le calendrier républicain. Huitième mois de ce calendrier, il doit son nom à l’épanouissement des fleurs au cours de cette période. Au printemps, ce sont d’ailleurs des noms de fleurs qui qualifient les jours à quelques exceptions près. Ces exceptions correspondent aux jours multiples de 5. Ainsi : le 5 floréal (24 avril) ; c’est le rossignol ; le 10 (29 avril) c’est le râteau ; 15 (3 mai) c’est le ver à soie ; le 20 (9 mai) le sarcloir ; le 25 (14 mai) c’est le jour de la carpe et le 30 (19 mai) c’est la houlette. On constate que les multiples de 10 sont des noms d’instruments agricoles ou liés à l’agriculture comme la ruche (le 20 germinal) et les multiples de 5 qui ne sont pas multiples de 10 sont des noms d’animaux.

  • Équinoxe de printemps

    Ce 20 mars, débutera le printemps. C’est précisément à 12 h 44 que le printemps astronomique commencera. La Terre passera à ce moment là en un point particulier de son orbite. En effet la Terre sera juste dans le plan de l’équateur solaire. En 2007, le printemps a commencé le 21 mars. Il faudra attendre 2102 pour que cela se reproduise. Et jusqu’en 2043, la date du début du printemps sera le 20 mars. En 2044, ce sera le 19 mars. La dernière fois que c’était cette date, était en 1796 !!!

    Depuis la création du calendrier grégorien (1582) l'équinoxe de printemps tombe le 19, 20 ou 21 mars. Aux XIXème et XXème siècles il est toujours tombé le 20 ou le 21 mars. Dans le passé, il est tombé le 19 mars en 1652, 1656, 1660, 1664, 1668, 1672, 1676, 1680, 1684, 1685, 1688, 1689, 1692, 1693, 1696, 1697, 1780, 1784, 1788, 1792 et 1796. Il tombera de nouveau le 19 mars en 2044. Le jour de l'équinoxe, si on fait abstraction de la réfraction atmosphérique, la durée de la nuit est égale à la durée du jour. C'est également le jour où le Soleil se lève plein Est et se couche plein Ouest. L'équinoxe de printemps dans l'hémisphère Nord correspond à l'équinoxe d'automne dans l'hémisphère Sud. (Source Institut de Mécanique Céleste et de Calcul des Éphémérides http://www.imcce.fr/imcce_fr.html )

    Passage à l'heure d'été :

    La période d'heure d'été pour l'année 2009 commence le dernier dimanche de mars à 2 heures du matin. Donc, la nuit du 28 au 29 mars 2009, à 2 heures du matin il faut régler les horloges sur 3 heures.

  • Question de temps

    Le printemps n’est pas arrivé, il est déjà là

    Avec une « amélioration » du temps, on entend dire que le printemps est arrivé ! Mais voilà, météorologiquement parlant, on est déjà au printemps depuis le premier mars et du point de vue astronomique, nous y sommes depuis le 20 mars.

    Alors pourquoi dit-on que le printemps est arrivé ? Dans l’esprit des gens, le « printemps » correspond à un type de temps bien précis. Or au cours du printemps, saison de transition entre l’hiver et l’été, nous pouvons connaître quasiment toutes les conditions météorologiques possibles. L’épisode neigeux que l’on a vécu au cours de la dernière décade de mars n’a rien de particulier. On peut même encore observer des chutes de neige dans toutes les régions du pays en mai voire même de la neige au sol en Ardenne comme les 11 cm de neige notés le 14 mai 1902 à La Roche en Ardenne ou plus près de nous 12 cm à Mont Rigi le 3 mai 1979.

    Des extrêmes opposés peuvent être enregistrés au cours des mêmes périodes calendrier. Ainsi le 4 mars 1987, on notait –16,2°C à Bütgenbach alors que le 5 mars 1948, la température atteignait 21,4°C à Rochefort. Il en est de même plus tard dans la saison : le 9 mai 1938, on relevait –1,4°C à Ostende alors qu’au cours des Saints de Glace 1998, on connaissait une vague de chaleur[1] très précoce.

    Si tout le mois d’avril 2007 n’a pas vu une seule goutte d’eau à Uccle, en revanche pendant la dernière décade de mars 1986 ou la première décade de mai 1978, le total de l’eau recueillie atteignait presque 100 mm.

    De même si le Soleil peut briller de tous ses feux comme en 1893 où le total des heures d’insolation a été de 643,0 h, en 1983, ce même total atteignait difficilement 273,1 h.

    On constate que le « printemps » n’est pas un type de temps mais peut connaître aussi bien des conditions hivernales qu'estivales. On devrait plutôt dire à propos des conditions que nous allons connaître les prochains jours que l’été a envie de montrer le bout de son nez.


    [1] Une vague de chaleur correspond à une période d’au minimum 5 jours consécutifs avec des maxima supérieurs ou égal à 25°C et au cours de laquelle on égale ou dépasse 30°C au moins 3 fois.

  • Encore une saison record

    L'été 2006 était le quatrième le plus chaud des étés depuis 1833. Il a été suivi par un automne particulièrement chaud (voir http://lameteo.blogs.lalibre.be/archive/2006/12/06/automne-2006-nouveau-record-de-chaleur.html )  Ce record était particulièrement remarquable : sa période de retour est estimée à plus de 500 ans. Il fut suivi d'un hiver qui a également  été le plus chaud des hiver (voir http://lameteo.blogs.lalibre.be/archive/2007/02/21/un-deuxieme-record-saisonnier-de-temperature-consecutif.html ).

    Voici que le printemps revient pour faire partie du triumvirat ! La température moyenne du printemps s'élève à 12,3°C. C'est plus de 1°C  au delà du précédent record qui datait de 1993 avec 11,2°C.
    C'est remarquable à deux titres :
    · C'est à  nouveau une période retour de plus de 500 ans dans l'état de la série actuelle qui est longue de 175 ans.
    · C'est la troisième saison record consécutive. Une telle suite ne s'est jamais produite depuis 1833.

    Cette suite de records est due à des situations atmosphériques particulières. On ne peut cependant pas manquer de pointer du doigt le changement de climat. On ne peut cependant exclure une anomalie particulièrement longue et intense.