saisons

  • Chaud le jour, froid le matin

    Ce sont des situations classiques des saisons intermédiaires à savoir le printemps et l’automne par ciel dégagé. Néanmoins on est plus sensible à la fraîcheur du matin en automne car on vient de l’été et on a perdu l’habitude de la fraîcheur matinale. Au printemps, c’est plutôt la chaleur du jour qui marque les esprits car on quitte la froidure de l’hiver.

    Quelle que soit la période de l’année, le Soleil nous envoie de l’énergie sous forme de rayonnement principalement visible. Une partie de ce rayonnement atteint le sol et le chauffe. Celui-ci, aussi bien le jour que la nuit, renvoie dans l’atmosphère ce rayonnement sous forme de chaleur (infrarouge).

    Quand le ciel est couvert de nuage, cette chaleur ne s’évacue pas facilement et la température nocturne reste relativement élevée. En revanche, lorsque le ciel est serein, ce rayonnement se disperse dans une plus grande épaisseur de l’atmosphère et la température baisse beaucoup plus. Comme en automne, la nuit devient de plus en plus longue et, comme le minimum nocturne se produit juste après le lever du Soleil, c’est-à-dire à peu près quand on quitte la maison pour se rendre au travail, on ressent très fort cette fraîcheur. Durant la journée, le Soleil fournit encore beaucoup de chaleur, c’est ainsi que l’on peut avoir des écarts supérieurs à 10°C voire même plus de 15°C entre les deux extrêmes de la journée.

    La petit laine comme disait feu Monsieur Météo est nécessaire le matin mais l’après-midi elle est superflue…

  • Saisons astronomiques vs saisons météorologiques

    Pour comprendre les saisons astronomiques, il faut imaginer deux plans : le premier est le plan dans lequel se déplace la Terre, c’est l’écliptique, le second est le prolongement de l’équateur dans l’espace. L’angle que fait ces deux plans est de 23°27’.

    Aux environs de 20 mars, le Soleil se trouve sur la droite d’intersection des deux plans. À cette date, c’est l’équinoxe de printemps et les nuits ont la même durée que les journées et ces dernières deviennent de plus en plus longues. À partir de ce moment-là, nous sommes au printemps. Le Soleil s’écarte de plus en plus au-dessus de l’équateur pour atteindre vers le 21 juin sa hauteur maximale ; on est alors au solstice d ‘été. Lorsqu’il atteint cette position, l’été commence. Dans notre pays, la nuit est très courte et la journée est la plus longue. À partir de ce moment là, la durée du jour diminuera jusqu’au solstice d’hiver, aux environs du 21 décembre. Entre temps le Soleil traverse à nouveau le plan de l’équateur. Cela se produit aux environs du 23 septembre : c’est l ‘équinoxe d’automne. Quand le Soleil se trouve le plus bas en dessous du plan de l’équateur céleste, le jour est les plus court et c’est le début de l’hiver.

    7c76a974ecd830f103af96e43a8f979a.jpgDu point de vue climatologique, on préfère travailler avec des mois calendrier. À part lors d’une année bissextile, toutes les saisons ont le même nombre de jours. L’été va correspondre aux trois mois les plus chauds qui sont dans l’hémisphère nord juin, juillet et août. L’hiver sera composé des trois mois les plus froids : décembre, janvier et février. Le printemps (mars, avril et mai) et l’automne (septembre, octobre et novembre) seront les saisons intermédiaires. Ces deux saisons correspondent bien à la transition de l’hiver à l’été pour le printemps et inversement pour l’automne.

  • Saisons météorologiques ou saisons astronomiques

    Notre climat est soumis à la variabilité saisonnière. L'inclinaison des rayons du soleil n'est pas la même en été qu'en hiver, de même que la durée du jour et de la nuit change au cours des saisons. Il en résulte des températures plus basses en hiver qu'en été.
    Pour le météorologiste les saisons ne coïncident pas avec les saisons astronomiques. En effet le maximum de chaleur ne se produit pas au moment du solstice d'été mais aux alentours de la mi-juillet. De même la période la plus froide de l'année n'a pas lieu au moment du solstice d'hiver mais vers le 15 janvier. Ce décalage est essentiellement dû à l'inertie thermique de l’océan et de l'atmosphère. Pour des raisons de commodité dans le calcul des statistiques climatologiques, on utilise le mois comme période de référence. Comme saison été, on va donc considérer les trois mois les plus chauds à savoir juin, juillet et août. Par le même cheminement d'esprit, les trois mois les plus froids - décembre, janvier et février - constitueront l'hiver. Le printemps et l'automne sont les deux trimestres entre l'hiver et l'été. Ce sont des périodes de transition entre les deux autres saisons.
    Pour l’astronome, ce sont des positions bien précises de la Terre qui déterminent le début de la saison. Du fait de l’inclinaison de l’axe de rotation de la Terre, l’équateur céleste, qui est le prolongement de l’équateur terrestre dans l’espace est incliné de 23° 26’ par rapport au plan contenant la trajectoire de la Terre autour du Soleil. On peut noter quatre points particuliers sur la trajectoire d’une planète en fonction de cette inclinaison. Lorsque le Soleil est au plus haut sur à l’équateur céleste, c’est le solstice d’été, le jour le plus long pour l’hémisphère Nord et le plus court pour l’hémisphère Sud. Lorsque le Soleil est le plus en dessous de l’équateur céleste, c’est le solstice d'hiver. Au moment où le Soleil traverse le plan de l’équateur, c’est le moment de l’équinoxe. Lorsque le Soleil vient du dessous de l’équateur pour passer au-dessus, c’est l’équinoxe de printemps. Six mois plus tard, il retraverse le plan de l’équateur céleste mais dans l’autre sens : c’est l’équinoxe d’automne.
    Pour le moment les dates du printemps sont le 20 ou le 21 mars, celles de l’été sont le 20 ou le 21 juin. L’automne commence le 22 ou le 23 septembre et le début de l’hiver est pour le moment le 21 ou le 22 décembre.